UNI

Par l’éducation, pour la nation

Accueil > Actualités > Projet PS sur l’éducation, l’école au service de l’égalitarisme

Projet PS sur l’éducation, l’école au service de l’égalitarisme

mercredi 11 mai 2011, par Inès Charles-Lavauzelle

Le 11 décembre 2010, les socialistes ont adopté leur projet pour l’égalité réelle, qui pose l’égalité comme le moyen et la fin de leur politique. Dès lors, l’éducation devient un simple outil de lutte contre les inégalités et la transmission du savoir est rangée, aux côtés de la notation et du redoublement, au rayon des “pratiques archaïques et autres préoccupations réactionnaires”.

Pour atteindre cette égalité “pure et parfaite”, les socialistes s’engagent à éradiquer toutes les sources d’inégalités, au premier rang desquelles se trouve, la Famille. Le fait que certaines familles soient plus impliquées que d’autres dans l’éducation de leurs enfants, constitue une rupture d’égalité. Le PS propose donc de traiter ce problème à la racine, en réorientant l’ensemble des aides publiques destinées à la garde des jeunes enfants (allocation ou crédit d’impôt favorisant la garde individuelle des enfants de moins de deux ans) vers des modes de garde collectifs.

Tous les élèves ne sont pas également doués. Voilà, une autre source de discrimination. Le fait que certains réussissent mieux que d’autres serait, pour les rédacteurs du projet socialiste, source "de stress et de compétition". Noter les élèves s’apparenterait ainsi à une forme de maltraitance sadique. Le PS propose donc de limiter drastiquement le nombre de redoublements et de remplacer à terme les notes par des évaluations plus positives. (cf. campagne page 8)

Enfin, la troisième source d’inégalités à laquelle l’école doit s’attaquer est celle liée aux préjugés. Les préjugés sont des "mécanismes de rejet, de domination, qui persistent dans l’inconscient collectif. […] En agissant sur les représentations, la puissance publique dispose d’un levier fort pour transformer l’égalité formelle en égalité réelle. L’éducation doit permettre de déconstruire les préjugés. " Transformer la réalité en agissant sur les resprésentations ! Existe-t-il meilleure définition de la propagande ?

Dans cette lutte contre les préjugés qui agacent tant les socialistes, l’école est forcément en première ligne. C’est pourquoi  :
> "des modules permettant d’appréhender les mécanismes de domination et de les déconstruire avec les élèves seront intégrés à la formation initiale des enseignants". Savoir lire, écrire, compter et déconstruire. Voilà, le nouveau socle commun proposé par les socialistes.

> Des cours d’éducation sexuelle seront rendus obligatoires pour tous les élèves dès 6 ans, afin notamment de lutter contre les préjugés de genre et les stéréotypes sexistes, homophobes et transphobes. La transphobie est-elle à ce point répandue chez les enfants de 6 ans ?

> Enfin, les manuels scolaires devront être revus afin qu’ils ne véhiculent aucun de ces stéréotypes, et qu’au contraire ils puissent insister sur "la richesse et la diversité de l’Histoire de France qui s’est construite par les apports de l’étranger." Quitte à réécrire certains évènements historiques pour mieux servir le dogme multiculturaliste.

Avec ce texte sur “l’égalité réelle” qui constitue le fondement de leur projet pour 2012, les socialistes instrumentalisent l’Ecole et la transforment en simple camp de rééducation au service de leur idéologie égalitariste.


Entretien paru dans l’Action Universitaire de mai 2011

Messages

  • Cet essai d’encadrement (endoctrinement) de la jeunesse a déjà été réalisé en France peu après la guerre par le parti communiste et s’est avéré comme un gigantesque fiasco !

  • L’école au service du formatage ! On "éduque" les enfants dès leur jeune âge afin de na pas a avoir à les "rééduquer" plus tard. Et pour cela on réécrit l’histoire ! Bienvenue En Corée du Nord, en Chine ou au Vietnam, pays qui portent le nom de "démocraties" ! De toute façon, cela fait bien longtemps que nous ne sommes plus en démocratie !

  • Les socialistes (en particulier français) ont toujours fait preuve d’une prétention sans bornes. Il veulent changer la Société alors qu’ils sont incapables de seulement réviser leurs croyances à l’aune de la réalité.

    Mitterrand avait promis aux français de leur "Changer la vie", à l’aide de son fumeux Programme commun de la gauche.
    Il y a parfaitement réussi : 3 dévaluations, 5 emprunts internationaux chèrement payés (Arabie saoudite, FMI etc..), plus d’un million de chômeurs supplémentaires (malgré les manipulations statistiques de l’INSEE). Triplement du nombre de faillites et pour des entreprises de plus en plus importantes, scandales financiers, abaissement de l’image de la France dans le monde, insécurité accrue... et j’en passe.

    Il n’y a que deux choses qui augmente sans cesse chez eux : leur aveuglement et leur prétention.
    Le tout enrobé de leçons de morales. Plus humain qu’eux.. tu meurs !

  • Encore de l’utopie.... L’égalité n’existe pas dans la nature dont nous sommes tributaires ; ; ; Encore une fois c’est tirer l’éducation vers le bas, une contre culture de l’effort, du mérite... Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, on connait le slogan ; effectivement nous voulons tous une socièté parfaite, mais chaque individu est-il parfait ? Alors comment faire un monde parfait avec tant d’individus imparfaits ? C’est bien une idée de gauche, comme le partage du travail avec les 35 heures ; ; ; De la théorie, interressante sur le papier, mais totalement irréaliste, qui mènera à un énième fiasco...

    D’idée fumeuse en expériences irresponsables, nous constatons aujourd’hui une dévalorisation du BAC, une population souvent incapable d’écrire sans fautes d’orthographe, de conjugaison, des jeunes incapables de lire un texte et de le comprendre, tout juste bons à ingérer cette nourriture intellectuelle télévisuelle... Quand à la réflexion n’en parlons pas...

  • J’ai du mal à comprendre. Cela veut-il dire égalitarisme dans la médiocrité ? Si c’est cela l’avenir de la France et sa place dans le monde me semble mal parti. Pauvre Jules Ferry ! Mais si c’est pour élever tous les élèves vers le hauts, nous sommes dans la continuité de ce dernier ; j’en doute, car, par exemple, réarranger l’histoire de France dont c’est malheureusement une coutume dans notre pays depuis le 19ième siècle, ne laisse rien présager de bon. Il vaut mieux lire les livres historique sur notre pays écrits par des étrangers comme le livre de Murray Kendal sur Louis XI. Ces derniers vont aux faits loin des faisceaux lumineux marxisant comme c’est souvent le cas chez nous : ainsi notre histoire nous est renvoyée déformée.
    Pour votre information, dans les années 70 aux USA, certaines université dont Columbia, à la réputation plus que prestigieuse, avaient décidé de baisser le "curiculum" pour que les minorités puissent entrer plus facilement à l’Université ; l’intention était louable. Le problème fut que le diplôme ainsi se retrouva dévalué et que personne n’en voulait. Résultat, l’expérience tourna court. Nous le voyons maintenant, la notation de nos universités au niveau international n’est guère flatteuse pour notre pays. J’ai du mal à comprendre pourquoi ce parti qui fut si grand s’acharne à vouloir détruire ce qui fit la grandeur de notre pays dont on peut remercier Jules Ferry. Dans mon enfance avoir à 14 ans son certificat d’étude voulait dire : savoir lire , écrire et compter et connaitre dans les grandes lignes l’histoire de France et un minimum de géographie. Est-ce que tous nos bacheliers de nos jours en savent et en sauront autant ? Quant à l’égalité sur l’intelligence, c’est une autre histoire et ce n’est pas un abaissement ou une élévations des critères qui changera quoi que ce soit.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.