UNI

Par l’éducation, pour la nation

Accueil > Médiathèque > Campagnes > Dealer, c’est tuer !

Dealer, c’est tuer !

vendredi 11 juillet 2003, par Olivier Vial

Lancé en 1993, ce slogan a été décliné en 100 000 affiches et plus d’un million d’autocollants.

Depuis son origine, l’UNI s’est engagée dans la dénonciation du trafic de drogue qui s’est fortement développé après mai 1968. A l’époque, ces campagnes de terrain (affiches et tracts) ont occasionné quelques incidents, car les dealers en question n’entendaient pas être privés de leur gagne-pain criminel. En 1993, l’UNI a lancé les comités d’action lycéens contre la drogue, avec comme slogan “Dealer c’est tuer”. La pétition nationale qui accompagnait cette campagne a rencontré un formidable succès.

Les arguments développés restent pertinents, au moment où certains envisagent de dépénaliser le cannabis :
- Il n’y a pas de drogue douce, s’il existe une différence entre le cannabis et l’héroïne, ce n’est pas une différence de nature. “Le cannabis est une drogue piège, et il n’est pas un seul consommateur d’héroïne qui n’ait un jour commencé par le cannabis”, notait-on alors.
- la drogue conduit à la dépendance (y compris le cannabis) mais également à la dégradation, à l’avilissement et à la marginalité.

Cette campagne avait marqué un coup d’arrêt. A partir de 1994, le nombre de morts tués par la drogue a commencé à baisser, pour remonter au milieu des années 2000. Cela doit nous inciter à la fermeté.


Cet article a été publié dans la rubrique "Histoire d’affiche" dans l’Action Universitaire de juin 2011.

Messages

  • On a interdit aux gens de fumer dans les lieux publics, et aujourd’hui même les fumeurs trouvent que cela n’est finalement pas plus mal. Et je dois dire que je suis bien content que mes enfants n’aient plus à s’exposer à toutes ces fumées. Ce n’est pas pour s’exposer aujourd’hui à la vente de produit encore plus dangereux par des individus qui ne le sont pas moins ! D’un coté on augmente le prix de cigarettes et de l’autre on ferait baisser celui du canabis en le démocratisant ? On marche sur la tête.
    Je ne pense pas que la fille qui a réussi à se désintoxiquer après des années de cures extrêmement éprouvantes soit heureuse de pouvoir trouver de la drogue légalement grâce à la sainte-dépénalisation. Des gens se font tuer par des dealers où leurs complices, parfois pour peu de chose. Tout le monde sait que le canabis est la porte d’entrée des drogue plus dures. On sait qu’il réduit la combativité, la motivation et la mémoire à court termes des consommateurs réguliers tout en favorisant un état dépressif et parfois schyzophrénique et qui deviennent de ce fait très vulnérables et sont alors des proies faciles pour les dealers de drogues dures. Dépénaliser c’est soutenir les crimes et aussi chaque années :
    environs 500 overdoses à l’héroine
    1000 accidents de la route mortels (sur 8000 au total soit plus de 12% !).
    Les suicides, aucun chiffres exacts mais une certitude : les consommateurs de canabis représentent la population la plus exposée et le lien entre suicides et consommation de cette drogue est très clairement établie (INSERM).
    Dépénaliser ? Pour faire plaisir à qui ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.