Presse

Prime au mérite en ZEP, Luc Chatel reprend les propositions de l’UNI

Partager cet article:
Prime au mérite en ZEP, Luc Chatel reprend les propositions de l'UNI

A l’occasion de ses vœux aux chefs d’établissement, mardi 17 janvier, Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, a fait part de sa volonté de mettre en place " une prime au mérite" n’excédant pas 2 400 euros pour les professeurs qui accepteraient de venir enseigner dans des établissements difficiles.

L’UNI, fédération de la droite dans l’éducation, salue cette décision qui devrait permettre de corriger, au moins pour partie, les effets pervers liés aux affectations des enseignants sur la base exclusive d’un barème de points. Déjà en 2008, le rapport Pochard avait pointé du doigt les effets pervers d’un tel système : "L’effet le plus direct et le plus négatif du mouvement au barème est de conduire à faire assurer les vacances d’emploi dans les quartiers difficiles par de jeunes professeurs. [...] "Autrement dit, là où l’on a besoin de la ressource humaine la plus attentivement choisie, au savoir-faire pédagogique éprouvé, pour répondre à des besoins particulièrement avérés, on envoie de façon purement impersonnelle les recrues les moins expérimentées."

Dans un livre à paraître la semaine prochaine, intitulé "L’école malade de l’égalitarisme, ordonnance 2012", Olivier Vial, président de l’UNI et directeur du CERU et Inès Charles-Lavauzelle, délégué général de l’UNI, plaident pour la généralisation de la rémunération au mérite ainsi que pour une refonte complète des évaluations des enseignants et des établissements scolaires afin de pouvoir rompre avec les promotions "à l’ancienneté" et "les affectations qui ne tiennent jamais compte des besoins des établissements et des élèves".

Partager cet article:

Chargée des relations avec la presse

1 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement