Presse

Une grandiloquente opération de communication

Partager cet article:
Une grandiloquente opération de communication

Le ministère de l’Education nationale a réuni jeudi 5 juillet 2012 plus de 400 personnes en Sorbonne pour une grosse opération de communication intitulée « Refondons l’Ecole de la République ».

Une grande messe pour rien !

Il apparait qu’il tenait plus à cœur au Ministère de l’Education nationale de donner de belles images aux médias que de permettre de jeter les bases d’une réelle concertation avec les acteurs de l’éducation. Aucun ordre du jour ni document de travail n’avait été transmis aux participants avant l’ouverture de cette journée empêchant ainsi toute possibilité de préparer convenablement les travaux.

La délégation de l’UNI et du MET regrette l’importance des moyens déployés pour cette opération de communication (présence de nombreux ministres et du premier ministre, d’experts, de représentants de la communauté éducative...) au vu des résultats et du peu d’idées émises lors de ces travaux. Les seuls débats (1 h 15) auxquels les participants ont été invités à prendre part concernaient les horaires de réunion des futurs groupes de travail. Quel déploiement disproportionné de moyens pour fixer de tel points de détails !

Une refondation rétrograde

En outre, à travers les discours de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, de Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de Georges Pau-Langevin, ministre de la Réussite scolaire, les rares idées exprimées vont dans le sens d’un retour en arrière.

Au-delà des effets rhétoriques, aucune idée nouvelle n’a émergé durant l’après midi. Nous avons assisté au retour des vieilles lunes du pédagogisme idéologique. En effet, la remise en cause de l’autonomie des établissements secondaires par un renforcement de la centralisation rappelle davantage l’école des années 70 que celle du XXIe siècle.

L’UNI et le MET regrettent cette mascarade de concertation qui a réduit l’ensemble des participants à de simples figurants dans une grandiloquente opération de communication gouvernementale.

Partager cet article: