Presse

Emploi d’avenir professeur. Danger ! La discrimination positive est de retour.

Partager cet article:
Emploi d'avenir professeur. Danger ! La discrimination positive est de retour.

Le gouvernement socialiste a annoncé qu’il allait recruter 18 000 étudiants, dont 6 000 dès 2013, dans le cadre des « emplois d’avenir professeur ». Ce nouveau statut est inscrit dans le projet de loi portant création des emplois d’avenir qui doit être présenté au conseil des ministres du 29 août, après l’avoir été ce matin devant le Conseil Supérieur de l’Education – CSE.

L’étrange concertation façon Peillon

L’UNI, fédération de la droite dans l’éducation, constate, une nouvelle fois, que le gouvernement socialiste parle beaucoup de concertation, mais la pratique peu et mal. En effet, le MET, branche étudiante de l’UNI, ainsi que les autres organisations étudiantes ne seront reçus que lundi prochain par Vincent Peillon, soit après que ce texte ait été présenté devant le CSE.

On ne peut que regretter ce manque de concertation sur un texte qui fait naître de nombreuses inquiétudes chez les étudiants.

Les carrières de l’enseignement seront-elles, à terme, réservées aux étudiants issus de ZEP ?

Au prétexte de vouloir répondre à la crise des vocations dans l’enseignement, le gouvernement a annoncé qu’il souhaitait, grâce à ce projet de loi, créer « une filière de pré-recrutement » au métier de professeur. Pourquoi, dès lors, réserver ces « emplois d’avenir professeur » aux seuls étudiants boursiers de l’enseignement supérieur qui sont « résidant dans les zones urbaines sensibles, […] ou ayant effectué tout ou partie de leurs études secondaires dans un établissement implanté dans ces zones ou relevant de l’éducation prioritaire » ?

Ce n’est pas en discriminant tous les étudiants qui ne vivent pas en ZEP et en les excluant de ce type de dispositif que l’on renforcera l’attractivité des carrières de l’enseignement.

Ce dispositif marque le grand retour de la discrimination dite positive qui va à l’encontre du modèle républicain français. Les étudiants ne pourront accepter que des candidats aux métiers de l’enseignement soient discriminés en fonction de leur code postal.

L’UNI demande au gouvernement d’abandonner ce projet de loi.

Partager cet article:

Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement