Presse

François Hollande s’attaque aux aides au logement des étudiants

Partager cet article:
François Hollande s'attaque aux aides au logement des étudiants

Le candidat Hollande avait fait de la jeunesse, une priorité durant la campagne présidentielle. Après 6 mois à la présidence de la république, on ne peut que constater que ce n’est pas le cas ! Le président s’apprête même à sacrifier les étudiants sur l’autel de ses promesses démagogiques.

En effet, le gouvernement a évoqué la création d’une allocation d’autonomie affirmant que celle-ci serait financée par la refonte totale des aides existantes (bourses sur critères sociaux, aides au logement, demi-part fiscale) destinées aux étudiants, soit 4,54 Mds. Si tel était le cas, cela signifierait que l’allocation moyenne ne dépasserait pas 131 euros par mois, ce qui correspond à peine à l’echelon 1 des bourses sur critères sociaux et pénaliserait les étudiants bénéficiant des APL et ALS (aide au logement) qui perçoivent en moyenne 190€ par mois ?!

Cette allocation ne serait qu’une mesure de saupoudrage faisant de nombreuses victimes, au premier rang desquelles les 373 625 boursiers les plus pauvres, ainsi que les 671 478 étudiants (100 597 d’entre‐eux touchent l’APL et 570 881 l’ALS) qui perçoivent les ALS et les APL.

Les projets de François Hollande vont accroitre les problèmes de logement des étudiants.

Les dépenses liées au logement représentent en moyenne 25 % du budget des étudiants, selon une étude réalisée en 2006 par l’Observatoire de la Vie Etudiante (OVE). C’est le poste budgétaire qui a crû le plus vite durant les dix dernières années. Chaque année, près de 1 400 000 étudiants cherchent à se loger hors du domicile de leurs parents. Près de la moitié d’entre-eux finance ce projet grâce à une aide au logement ALS. La suppression de ces aides pénalisera près de 700 000 étudiants et contraindra, nombre d’entre-eux, à se tourner vers le parc de logements CROUS qui est déjà totalement saturé.

Les projets de François Hollande vont mettre en difficultés les familles des classes moyennes.

L’autonomie des jeunes ne se construit pas contre la famille, mais avec elle. Entre 19 et 24 ans, 9 étudiants sur 10 bénéficient d’une aide régulière de leur famille, qu’elle prenne la forme de versements monétaires, d’une aide au logement ou de la participation aux dépenses alimentaires.

“Les aides de la famille sont ainsi la principale source de revenus des jeunes étudiants ne vivant plus chez leur parents”, selon l’INSEE. La suppression de la demi-part fiscale pénalisera les familles, notamment celles des classes moyennes, et réduira les moyens qu’ils peuvent allouer à leurs enfants étudiants. Rappelons que la demi-part fiscale est déjà plafonnée, ce qui évite que les ménages les plus aisés en tirent un trop grand avantage.

Les étudiants doivent se mobiliser pour défendre les aides au logement.

Du 19 au 29 novembre prochain, se dérouleront les elections aux conseils d’administrations des CROUS (Centre Régional des Oeuvres Universitaires). L’UNI-MET place sa campagne pour ces élections sur cette thématique en intitulant ses listes « contre la suppression des APL et de la demi part fiscale ».

Une pétition nationale a été lancée pour sauver les aides au logement. L’UNI-MET appelle les étudiants à adresser un message clair au gouvernement en votant pour ses listes aux élections du CROUS.

Partager cet article:

Chargée des relations avec la presse

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement