Presse

Après la MNEF, la LMDE, va-t-on offrir à l’UNEF une nouvelle mutuelle à dépouiller ?

Partager cet article:
Après la MNEF, la LMDE, va-t-on offrir à l'UNEF une nouvelle mutuelle à dépouiller ?

Depuis plusieurs années, « la mutuelle des étudiants –LMDE » connaît des difficultés financières aussi préoccupantes que récurrentes. Aujourd’hui, ce sont les étudiants affiliés à cette mutuelle qui en sont les premières victimes. Ils se plaignent de plus en plus souvent de recevoir leurs remboursements de frais médicaux avec des retards importants.
Après le scandale de la MNEF, les plus optimistes espéraient que la gauche étudiante aurait compris l’avertissement et n’aurait pas céder une nouvelle fois à la facilité de « se nourrir sur la bête ». C’était, sans compter, sur la voracité de l’UNEF qui telle un parasite glouton a rapidement repris le contrôle de la LMDE pour bénéficier de ses largesses, comme le révèle Le Monde dans son édition du 18 février, jusqu’à l’affaiblir dangereusement.
C’est bien cette gestion qui est en cause ! En effet, l’ensemble du régime étudiant n’est pas menacé. Les mutuelles régionales étudiants qui constituent une alternative à la LMDE ne connaissent aucune de ses difficultés.

MNEF, LMDE, les mêmes causes produisent les mêmes effets

Déjà en 1998, quand le scandale de la MNEF éclate, il met en lumière les dérives de gestion de la mutuelle. Ces dernières durent depuis de nombreuses années. Dès 1983, la cours des comptes épingle la MNEF pour les indemnités importantes qu’elle verse à ses administrateurs « bénévoles » qui sont majoritairement issus des rangs de l’UNEF-ID.

Ce type de « gouvernance » entraine inévitablement une confusion des genres et la santé des étudiants n’est plus qu’un paravent servant à dissimuler le financement d’activités politiques. Durant toutes ses années, la MNEF a su se montrer très généreuse avec la galaxie des associations proche du parti socialiste.

Aujourd’hui, les mêmes causes produisent les mêmes effets. L’UNEF ayant rapidement repris le contrôle de la mutuelle. On ne peut s’étonner que la LMDE malgré ses difficultés budgétaires trouve facilement de l’argent pour financer des banderoles en faveur du « mariage pour tous » (Le lien avec l’objet social de la mutuelle n’est pas évident !) , de verser , selon le Monde 200 000 euros aux associations étudiantes amies( c’est-à-dire à l’UNEF) et de rémunérer généreusement, comme au bon vieux temps de la MNEF, ses administrateurs bénévoles, tous issus de l’UNEF.

L’UNEF veut une nouvelle mutuelle à dépouiller

Le trésor de la LMDE ayant été dilapidé, l’UNEF se déclare prête à négocier une remise à plat des mutuelles étudiantes, et notamment à remettre en cause le « duopole » de la mutualité étudiante. La ficelle est un peu grosse !
En effet, l’UNEF reprend une des pistes évoquées dans un rapport sénatorial remis fin 2012 qui consisterait à mettre fin à la concurrence entre la LMDE et les mutuelles étudiantes régionales pour construire une mutuelle unique et monopolistique dont elle prendrait rapidement et mécaniquement le contrôle. Le gouvernement socialiste va-t-il faire ce beau cadeau à l’UNEF : lui offrir une nouvelle mutuelle à dépouiller ?

La concurrence entre les mutuelles étudiantes, garante de la liberté de choix des étudiants, doit être conservée

Depuis 1970, les étudiants ont le choix de leur mutuelle. Ils peuvent s’affilier soit à la LMDE soit à une mutuelle régionale. Ce système a permis à la sécurité sociale étudiante de fonctionner et de survivre malgré les turpitudes et les scandales de la MNEF et aujourd’hui de la LMDE.
Il est important que la liberté de choix des étudiants soit garantie. La gestion des mutuelles régionales n’étant pas contestée, c’est à la LMDE et à l’UNEF de proposer un plan de sauvetage de « leur » mutuelle, de recentrer exclusivement leur activité sur la santé des étudiants et de garantir une réelle transparence de la gestion.
La santé des étudiants ne doit plus être un alibi pour financer des activités politiques, associatives ou syndicales.

Partager cet article:

Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement