Presse

Le syndicat étudiant Met dénonce un "hold-up" sur les classes moyennes

Partager cet article:
 Le syndicat étudiant Met dénonce un "hold-up" sur les classes moyennes

Dépêche AFP, reprise par le Nouvel Obs

PARIS, 24 sept 2013 (AFP) - Le Mouvement des étudiants (Met) a accusé mardi le gouvernement de mener un "véritable hold-up sur les étudiants des classes moyennes" qui, selon son président, ne bénéficient pas de la réforme des aides sociales et sont pénalisés par des projets fiscaux.

"Le gouvernement mène une politique totalement défavorable aux étudiants des classes moyennes qui sont le plus en difficulté, et il commet une erreur monumentale de concentrer ses efforts toujours sur les étudiants les plus modestes", a dit à l’AFP Antoire Diers, président de l’organisation étudiante classée à droite.

Il y a "un vrai souci d’accès à l’université des enfants issus des familles des professions intermédiaires", a-t-il ajouté, soulignant que le nombre de ces étudiants inscrits en licence a baissé ces dernières années, tandis que celui des enfants d’ouvriers a progressé.

Sur la réforme des aides sociales, M. Diers a rappelé que le Met avait demandé que "les crédits supplémentaires de 139 millions d’euros servent à élargir l’assiette des bénéficiaires de bourses en l’ouvrant plus aux étudiants issus des classes moyennes, comme l’avait fait le gouvernement précédent avec la création d’un échelon zéro. Mais cette solution n’a pas été retenue et le gouvernement a préféré donner plus à ceux qui sont déjà boursiers".

"Pendant ce temps, il y a une politique fiscale qui est terrible contre les classes moyennes", a-t-il ajouté.

"On a un peu plus de 300 millions d’euros qui sont récupérés sur le dos des familles des étudiants des classes moyennes. Si on retranche les 139 millions d’euros supplémentaires affectés aux aides sociales, on voit qu’au passage le gouvernement se met dans la poche environ 160 millions d’euros", a dit M. Diers, dénonçant un "véritable hold-up".

Par ailleurs, sur le logement étudiant, M. Diers a dénoncé des "mirages". La caution locative étudiante (clé) "ne concerne que 2.000 étudiants à cette rentrée et 20.000 en 2014 sur plus de 1,5 million d’étudiants qui se logent en dehors du domicile de leurs parents. C’est une goutte d’eau", a-t-il relevé

Partager cet article:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement