Paris 1 - Panthéon Sorbonne

Banalisation de la violence et déni de démocratie à Paris 1 : l’UNEF Paris 1 doit rendre des comptes !

Partager cet article:
Banalisation de la violence et déni de démocratie à Paris 1 : l'UNEF Paris 1 doit rendre des comptes !

Un événement très grave s’est produit lundi 14 Octobre 2013 à Tolbiac aux alentours de 22 heures quand des militants de l’UNEF Paris 1 (dont Émilien Martin, président de l’UNEF Paris 1) se sont rendus avec des barres de fer et pieds de biche dans l’enceinte de l’université de Paris 1 pour déloger une association apolitique qui collait les panneaux d’affichage de la fac en vue de l’organisation d’une soirée étudiante.

L’UNI MET Paris 1 n’est pas surprise pour autant. Cet incident n’est que le dernier en date d’une longue série : en 2012 aux élections centrales, le président du MET, Antoine Diers, a été tabassé dans la fosse de Tolbiac pour avoir distribué quelques tracts prônant une université professionnalisante et a dû être hospitalisé. Depuis la rentrée universitaire, des militants de l’UNEF et d’extrême gauche ont, à plusieurs reprises, agressés physiquement et verbalement des militants de l’UNI-MET, leurs ont volé des cartons de tracts et tenté de se procurer illégalement le ficher des signataires de la pétition de l’UNI contre la suppression d’une aide fiscale de 183 euros accordée aux familles d’étudiants.

L’UNI MET Paris 1 demande à ce que des sanctions exemplaires soient prises à l’encontre des fauteurs de troubles de l’UNEF Paris 1. L’UNI MET Paris 1 exige de l’UNEF qu’elle fasse le tri dans ses responsables et ses militants pour que cesse immédiatement toute forme de violence.

Partager cet article:

Publié par Jens Villumsen

Délégué National Adjoint de l’UNI - Administrateur de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne