Presse

Affaire Léonarda : L’UNI-Lycée et le MET s’opposent aux deux journées d’action

Partager cet article:
Affaire Léonarda : L'UNI-Lycée et le MET s'opposent aux deux journées d'action

Suite au renvoi de Leonarda, la gauche lycéenne et étudiante téléguidée par certaines centrales syndicales enseignantes et des associations radicales de soutien aux clandestins, appelle lycéens et étudiants à deux nouvelles journées d’action, mardi 5 et jeudi 7 novembre, pour obtenir la régularisation de toutes les familles des clandestins dont au moins un enfant est scolarisé en France.

L’UNI-Lycée et le MET condamnent cette instrumentalisation de la jeunesse ainsi que les appels à des actions illégales telles que des barrages filtrants ou des blocages d’établissements scolaires.

L’UNI-Lycée et le MET demandent à Vincent Peillon et à Geneviève Fioraso de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la liberté d’étudier et de condamner toutes les violences et les intimidations faites à l’encontre de l’immense majorité de lycéens qui ne cautionnent pas ce type de mouvement.

L’UNI-Lycée et le MET regrettent par ailleurs, que l’école devienne un lieu où des associations comme Réseau Education Sans Frontière (RESF) entretiennent un discours de défiance paranoïaques vis-à-vis des forces de l’ordre de notre pays.

Enfin l’UNI rappelle qu’elle s’oppose à toute régularisation massive d’immigré clandestin. Seule une immigration contrôlée peut permettre une réelle et nécessaire assimilation.

L’UNI a d’ailleurs lancé la semaine dernière une pétition contre le retour de Léonarda appelant au strict respect de la loi et au refus des passe-droits demandés par François Hollande. Cette pétition a été signée par plus de 150 000 personnes.

Partager cet article: