Strasbourg

Rapports sur l’immigration : constater l’échec et culbuter la France, cette brave fille forcément coupable ?

Partager cet article:
Rapports sur l'immigration : constater l'échec et culbuter la France, cette brave fille forcément coupable ?

Comment accueillir les derniers rapports produits par les services protéiformes liés au gouvernement ?

Vaste galéjade ? Rapports bâclés ? Ou résumé édifiant et condensé de toutes les idées promues par les innombrables officines ou associations xénophiles et parasites ?

Ce nouvel exemple de ce que la galaxie gauchiste peut produire de nocif a le mérite de dire crûment, franchement, violemment, ce que veulent les penseurs et dirigeants de gauche : réduire la France à un espace sans âme ; nier l’existence même du peuple français ; considérer la civilisation française comme obsolète ou négative, voire nul et non avenu -au choix... ; renverser toutes les valeurs qui ont établi notre société , de sa langue à son histoire, de ses mœurs à ses habitudes, pour établir à la place cette société cosmopolite et neutre, individualiste et assistée, velléitaire et droit-de-l’hommiste où plus rien n’aurait d’importance, tout vaudrait tout et où chacun n’aurait plus que des droits - même aux pires excès (euthanasie...).

Plutôt que vouloir redresser tout ce qui a été mis à mal, se résoudre à la situation présente et en jouir avec masochisme apparaît comme la nouvelle doctrine socialo-compassionnelle. Puisque l’école va mal, plus d’école, mais une vaste garderie vouée au bourrage de crâne et aux passe-temps débiles ! Plus de langue nationale maîtrisée, mais pour chacun des sabirs à peine baraguinés, promus à force de textos, de franglais ou de Volapük improbables ! Plus de modèles ni de "grands hommes" (et femmes !), mais la dénonciation obsessionnelle des seuls épisodes noirs de cette histoire de France, blanche, hétérosexuelle et judéo-chrétienne qu’il faut absolument remplacer par "autre chose", n’importe quoi, mais "autre chose" absolument !

Faisons fi de la réalité et des vraies sujets de préoccupation ! Noyons le poisson dans des disputes byzantines, pour ignorer qu’au-delà des murs, le danger guette... Quel danger me direz-vous ? Ah ! malheureux ! Surtout ne pas dire le réel, la vérité, ne pas stigmatiser, ne pas pointer du doigt les problèmes, les défauts, les erreurs, les impasses et les illusions, mais plonger dedans encore et toujours, jusqu’à la noyade finale, s’il le faut !

Nous risquerions de dire que "la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde " (ROCARD, socialiste) ; qu’il faut arrêter les flux d’immigration mal maîtrisés, qui aggravent les problèmes de chômage et de société (MARCHAIS, communiste) ; que l’assistanat à tous les étages produit des masses trop importantes de profiteurs et de fainéants, qui n’ont pas intérêt à travailler puisque tout leur est donné gratuitement.

Nous risquerions de dire que l’Education nationale, redevenue Instruction publique, doit être réformée vigoureusement, nettoyée des parasites pédagogistes et syndicaux et reformée complètement, en abandonnant les méthodes inefficaces du syllabisme et des mathématiques modernes (entre autres...). La fin du collège unique, la revalorisation des voies professionnelles et d’apprentissage, la promotion de l’esprit d’entreprise, sont et doivent être parmi les premières mesures à mettre en place pour sauver l’avenir des enfants !

Nous risquerions de dire que, pour arrêter la violence des banlieues, il faut -oui, IL FAUT ! - rendre à la prison son caractère dissuasif, aux policiers les moyens de protéger les citoyens honnêtes et dans le ventre des délinquants et criminels la peur de la sanction ! En finir avec le laxisme et la compassion politique des juges, en en virant un certain nombre parmi les plus doctrinaires (cf. le Mur des Cons...), est une mesure indispensable !

Il y aurait tellement de choses à répondre pour effacer chaque phrase de ces rapports pondus par d’illustres inconnus qui n’ont gagné en les écrivant que le droit de le demeurer, que cent articles d’humeur ne suffiraient pas !!!

Ces pensums indignes sont pour nous de nouveaux motifs de réaction, de combat politique, de révolte civique, de réflexions et de propositions. Devant cette nouvelle illustration du caractère incroyablement dangereux de la gauche pour la France, il faut réunir toutes les bonnes volontés, toutes les bonnes âmes encolérées par tant d’ignominie, et profiter des futures échéances municipales et européennes pour répliquer le plus vigoureusement possible et empêcher la liquidation de la France que nous aimons, la France intemporelle qui a tant à donner à ses fils, pour peu que ses fils l’aiment et l’honorent et prennent soin d’elle !

N’oublions pas : aujourd’hui comme hier, et surtout demain, le danger pour la France c’est la gauche !!!

Partager cet article:

Publié par Philippe Morel

Adhérent depuis 1998.

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement