Actualités

Pétition à Benoît Hamon, contre la suppression des notes

Partager cet article:
Pétition à Benoît Hamon, contre la suppression des notes


Le ministre de l’Education nationale, Benoît Hamon, vient de lancer une conférence sur l’évaluation à l’école dont la mission est de supprimer « les notes sanctions » pour parvenir à une « évaluation bienveillante ». Sic !

Avec ce nouveau chantier, Benoît Hamon se fait le porte-parole des apôtres de l’Education nouvelle et des milieux pédagogistes les plus farfelus. Depuis des années, ces derniers militent pour la suppression des notes et ce malgré l’opposition très majoritaire des parents d’élèves, des enseignants et même des élèves.

Ce n’est pas en cassant le thermomètre de la notation que l’on va faire disparaître l’échec scolaire.

Au contraire ! En effet, les expérimentations de « classes sans note » sont loin d’être concluantes. Ainsi, au Danemark, par exemple, le système d’évaluation formatrice (sans note) a été abandonné à la suite des piètres résultats des élèves danois dans les enquêtes PISA de 2000 et 2003. (Cf. note du CERU)

En France, les classes sans note sont un échec. Une expérimentation conduite en 2009 dans une classe de 6ème du collège Van der Meersh de Roubaix a tourné au fiasco : « l’ambiance de travail s’est dégradée. (…) Les élèves ont eu tendance à devenir moins compétents au cours de l’année » (extrait de la monographie bilan rédigé par les enseignants de cette classe).

Face à une minorité agissante qui essaye d’imposer ses théories « pédagogistes », nous devons nous mobiliser et faire entendre la voix de ceux qui restent attachés à des notes garantes d’une évaluation sérieuse et objective, ainsi qu’à l’école comme lieu de transmission du savoir.

Pour garantir une évaluation sérieuse et objective basée avant tout sur l’acquisition de connaissances, signez et faites signer cette pétition pour demander le maintien des notes à l’école, collège et au lycée.

Pétition
* :
* :
:
Profession * :
* :


Télécharger et imprimer la pétition (pdf)

PDF - 532.7 ko
Partager cet article: