Strasbourg

France de Foot, France de Fous ! Quelles sont les priorités ?

Partager cet article:
France de Foot, France de Fous ! Quelles sont les priorités ?

Panem et circenses !

Quand il s’agit de détourner l’attention du peuple des tracas et soucis quotidiens, rien ne vaut le divertissement. Pour cela, l’ami HOLLANDE a la chance qu’en cette année de banqueroute et d’échec confirmé, ait lieu la Coupe du Monde de football. Et, par dessus le marché, avec une équipe nationale pas manchotte (heureusement pour la réputation du maillot...) !

Combien d’heures de télévision consacrées à ce sport élevé au rang de quasi culte païen ! Combien de tonnes de papier, de mégawatts, d’encre, de salive et de sueur pour commenter, expliquer, exposer, subodorer et espérer en ce jeu et cette équipe ! Ah, une victoire, et l’illusion d’un sursaut économique ! Peut-être 0,1 point de croissance ! En ces temps de vraie disette, le Nirvana...

Bien sûr, les optimistes diront que, franchement, cela ne mange pas de pain que de se distraire un peu, justement parce que les temps sont difficiles et que les gens veulent se distraire un peu, même et surtout en ne pensant qu’à des bêtises... A croire que seules les bêtises distraient !

Pendant ce temps-là, donc, les vrais problèmes demeurent et l’on voit les responsables politiques et syndicaux entamer un nouvel épisode de la tragi-comédie de la "conférence sociale". Les syndicats révolutionnaires jouent les rebelles, les patrons portent les revendications désespérées des PME-PMI et des TPE, étranglées par la législation étouffante et les impôts excessifs, et le gouvernement croit paraître responsable en constatant l’impossibilité de dialogue entre les organisations patronales et salariales. Si seulement ces hommes de gauche avaient les moyens mentaux de comprendre les vraies raisons de la débâcle française, mais non : ils demeurent englués dans leur doctrine héritée de la fin du Dix-Neuvième Siècle, quand il s’agissait de mener la lutte des classes !

On sait ce qu’il faut faire pour sortir le pays du marais dans lequel il pourrit : desserrer l’étau de l’Etat, alléger les codes et les règlements, limiter les dépenses, arrêter les recrutements pléthoriques, rationnaliser le fonctionnement des administrations et réduire leur périmètre de compétences, accepter de céder de nombreux secteurs d’intervention au domaine privé (en particulier la pseudo culture devenue vraie parasitaire), restaurer l’autorité et la probité de l’Etat en renforçant ses domaines régaliens par l’investissement et la sévérité, etc. Bref, prendre les exemples de ce qui marche en Europe et redresser le pays.

C’est évidemment bien plus difficile que de féliciter des sportifs et de se donner à voir devant une télévision jouant le faux supporter. HOLLANDE est-il seulement capable de faire preuve d’autorité et de parler vrai, quand il s’agit de se confronter aux positions dogmatiques des syndicats, du PS, des organisations de gauche en tout genre qui le prennent en otage systématiquement, et le mettent sans cesse en face de ses contradictions ? Deux ans passés dans l’immobilisme ne permettent pas d’être optimiste.

Quelles sont les priorités ? Tout faire pour sortir le pays de la mouise, mais le gouvernement actuel ne donne pas l’impression de vouloir (de pouvoir) le faire !...

Partager cet article:

Publié par Philippe Morel

Adhérent depuis 1998.

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement