Actualités

Fonds de roulement : ne laissons pas le gouvernement faire les poches de nos universités et écoles !

Partager cet article:
Fonds de roulement : ne laissons pas le gouvernement faire les poches de nos universités et écoles !

Pour financer de nouvelles dépenses dans l’Enseignement Supérieur, le ministère a prévu de prélever près de 100 millions d’euros sur les fonds de roulement des Universités (61,6 millions d’euros) et des écoles et notamment celles d’ingénieurs (23,4 millions d’euros).

Ainsi, 11 universités (Artois, Lille II, Paris II Assas, Grenoble II, Lyon III, Grenoble III, Corse, Polynésie, Nîmes, Bretagne-Sud et Dijon), 22 écoles d’ingénieurs (Centrale Nantes, INP Toulouse, Centrale Lille, UTC, IPB, Ensea Cergy, Centrale Lyon, Ensma Poitiers, Insa Toulouse, Eni Brest, Eni Metz, ENSC Montpellier, ENSMM Besançon, Ensait Roubaix, Ensi Caen, Eni Tarbes, ENSC Clermont, UTBM, ENSC Lille, UTT, Eni Saint-Etienne, ENSC Paris), 11 autres établissements (Inalco, Observatoire de Paris, Enssib, IEP Lille, Observatoire Côte d’Azur, Efeo, IAE Paris, IEP Aix, Ecole Française d’Athènes, Académie des sciences de l’OM, IEP Lyon) et 3 autres opérateurs (AMUE, GIP Bulac, Centre technique du livre) participeront « à l’effort de solidarité interne » selon les termes de Najat Vallaud-Belkacem. Cette dernière prouve une nouvelle fois qu’elle manie avec brio la novlangue socialiste dans laquelle "piocher dans les caisses des universités rigoureuses" se dit "effort de solidarité interne" !

En effet, sous prétexte que certains établissements auraient bien gérés leurs budgets, la ministre s’autorise à ponctionner leurs fonds de roulement. Ce prélèvement inédit nie le principe d’autonomie des universités et des écoles et envoie un très mauvais message aux présidents d’universités qui seront encouragés à laisser filer les dépenses de leur établissement.

On peut y voir ici l’application directe de la doctrine socialiste : encourageant la mauvaise gestion et stigmatisant les bons élèves.

En ponctionnant les fonds de roulement, le ministère donne donc une prime à la mauvaise gestion financière des universités et des écoles !

L’UNI demande que le ministère renonce à ponctionner les fonds de roulements des établissements et envisage de participer à des mobilisations sur cette thématique si le ministère ne recule pas.

Partager cet article:

Publié par Jens Villumsen

Délégué National Adjoint de l’UNI - Administrateur de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement