Actualités

Montée de la violence, risque terroriste, drogues, l’UNI-Lycée demande un renforcement de la sécurité des lycées

Partager cet article:
Montée de la violence, risque terroriste, drogues, l'UNI-Lycée demande un renforcement de la sécurité des lycées

Depuis plusieurs années, l’insécurité se développe au sein et aux abords de nos lycées. Entre 2008 et 2015, d’après les chiffres officiels du ministère de l’Education nationale, le nombre d’incidents graves a augmenté de 47% dans les lycées généraux et technologiques et de 85% dans les lycées professionnels.

La drogue s’y est banalisée. La consommation de stupéfiants a bondi de 136 % dans les établissements, et le nombre d’incidents provoqués par des lycéens sous l’emprise de la drogue ou liés au trafic a plus que doublé en 5 ans. Quant aux incidents graves provoqués par l’intrusion de personnes extérieures au lycée, ils continuent à augmenter.

Les risques sont nombreux ! Aux menaces terroristes (Daesh dans son journal de propagande, daté de décembre 2015, appelle à attaquer des établissements scolaires), s’ajoute la multiplication des problèmes liés au port d’une arme par des jeunes au sein de l’institution.

Malheureusement face à cela, le ministère se contente de produire des statistiques et d’organiser des colloques. Le laxisme est devenu la règle.

L’UNI-Lycée lancera dès jeudi 3 mars une grande campagne nationale. Plus de 200 000 pétitions seront distribuées devant les lycées de France par nos militants afin de montrer que la jeunesse aspire à plus de sécurité sur ses lieux d’étude.

L’UNI-Lycée appelle le ministère à renforcer les sanctions à l’encontre des auteurs de ces violences pour mettre fin au sentiment d’impunité.

L’UNI-Lycée demande également que les établissements scolaires qui sont le plus victimes de cette violence, prennent des mesures concrètes et immédiates pour renforcer la sécurité des lycées (portiques, vidéo - surveillance), comme le proposent déjà les régions Rhône-Alpes Auvergne et Ile-de-France.

Partager cet article:

Publié par Kévin Fontaine