Presse

L’Université Bordeaux Segalen saccagée suite à une « AG », plusieurs dizaines de milliers d’euros de dégâts.

Partager cet article:
L'Université Bordeaux Segalen saccagée suite à une « AG », plusieurs dizaines de milliers d'euros de dégâts.

À l’occasion de l’appel à mobilisation du 9 mars dernier, largement relayé par l’UNEF, contre le projet de loi Travail, de nombreuses dégradations et perturbations de cours ont eu lieu à l’Université Bordeaux Segalen (ex. Bordeaux II).

Les témoignages d’étudiants sont édifiants : des salles de TD ont été taguées, du matériel pédagogique notamment informatique a été dérobé, des pseudos-syndicalistes ont occupé des amphithéâtres avant de les dégrader.

Outre, les détériorations commises, des étudiants ont été chassés de leurs amphithéâtres, dans le cadre d’un blocage, des cours mais aussi des examens ont dû être annulés, à cause de cette minorité d’activistes. Les organisations partenaires de cette mobilisation, et l’UNEF en première ligne, seront donc responsables de l’échec de ces étudiants.

Les étudiants n’ont pas à être pris en otage par cette mobilisation qui perturbe leur scolarité et contribue à l’état lamentable dont se trouvent nos facultés aujourd’hui. Il est risible de constater que ce sont les mêmes qui réclament sans cesse plus de moyens pour nos universités, que ceux qui les pillent et les dégradent.

Les étudiants sont ainsi appelés par l’UNEF à « faire reculer le gouvernement », gouvernement dirigé par Manuel Valls, ancien cadre de l’UNEF. L’UNEF entend ainsi vouloir mettre les étudiants dans la rue, contre son propre camp, dans le cadre d’une guerre des gauches. À l’UNI nous affirmons que les étudiants ne sont pas de la chair à manifester mais des individus dotés d’une personnalité forte et capables de choisir eux-mêmes entre manifester et étudier.

Nous tenons aussi à réaffirmer le droit d’aller en cours, d’étudier librement, et tranquillement. Non, les étudiants ne doivent pas être pris en otage par de prétendus syndicalistes : ils valent mieux que cela !

L’UNI Bordeaux demande à ce que l’université porte plainte et que les responsables soient poursuivis et sévèrement condamnés.

Partager cet article:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement