Presse

Décret Master 2 : Le ministère sacrifie 1 700 mentions de master

Partager cet article:
Décret Master 2 : Le ministère sacrifie 1 700 mentions de master

Depuis une décision du Conseil d’Etat rendue en février, le ministère planchait en catimini sur la rédaction d’un décret sur la sélection en première année de master 2.

Le 18 avril prochain, le Cneser (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) devra se prononcer sur le texte porté par le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

Ce projet de décret liste ainsi 1304 mentions de master ouvrant droit à sélection et ce alors que 3040 mentions de master existent aujourd’hui dans nos universités, menaçant ainsi la sélection dans 58 % des masters.

Contrairement à ce qu’il avait promis que le secrétaire d’Etat Thierry Mandon n’a pas « sécurisé juridiquement » les masters 2, puisqu’en sabordant la sélection dans plus de 1700 masters 2, il menace la pérennité de ces diplômes.

Cette liste limitative porte gravement atteinte à la qualité et au prestige de nombreux masters ainsi qu’à leur reconnaissance sur le marché du travail. Une fois de plus le gouvernement fait le choix de céder face aux pressions égalitaristes menées par les organisations syndicales comme l’UNEF, hostile à toute sélection à l’Université.

L’UNI dénonce ce nouveau renoncement du gouvernement, qui incapable de sécuriser l’ensemble des masters, fait aujourd’hui courir un grave risque quant au maintien de nombreux masters. En effet, le classement arbitraire de certains d’entre eux comme non sélectifs fait planer une incertitude quant à leur ouverture l’année prochaine.

L’UNI exige du gouvernement qu’il prenne ses responsabilités et réintègre dans le décret les 1700 mentions de master manquantes.

Partager cet article:

Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.