Actualités

Sélection en Master : le gouvernement instaure la « préférence locale » au détriment du mérite

Partager cet article:
Sélection en Master : le gouvernement instaure la « préférence locale » au détriment du mérite

Le gouvernement vient de prendre un décret autorisant la sélection en Master 2 pour un certain nombre de diplômes. Ainsi la sélection en Master 2 devient :

-  légale en M2 quand l’étudiant de M1 vient de la même mention et du même établissement et quand le M2 est dans le décret.
-  Illégale en M2 quand l’étudiant de M1 vient de la même mention et du même établissement et quand le M2 n’est pas dans le décret
-  Légale en M2 quand l’étudiant de M1 est issu d’une autre mention et du même établissement.
-  Légale en M2 quand l’étudiant de M1 vient d’un autre établissement.

Véritable usine à gaz, ce texte crée plus de problèmes qu’il n’apporte de solutions.
En effet, en rendant la sélection illégale pour les étudiants issus de l’établissement mais légale pour les étudiants venant d’un autre établissement à l’entrée des M2 ne figurant pas dans le décret, le ministère crée une rupture d’égalité entre les étudiants, ce qui ne manquera pas de renforcer les inégalités territoriales. En instaurant une forme de « préférence locale », le ministère sacrifie l’égalité des chances et le mérite.
De plus, en limitant la liste des M2 sélectifs, le ministère va creuser les écarts de niveaux entre les Masters qui n’auront pas le droit de pratiquer la sélection et ceux qui auront le droit.
Enfin, en rendant la sélection en Master 1 illégale dans tous les cas de figure, le gouvernement brade la cohérence pédagogique des masters au nom de l’idéologie. Chaque directeur de master doit pouvoir choisir de sélectionner à l’entrée du M1 ou à l’entrée du M2.

L’UNI demande :

-  un nouveau décret permettant de sécuriser la qualité et le prestige des 1700 mentions de masters qui sont aujourd’hui exclus du décret autorisant la sélection,
-  la garantie de l’égalité de tous les étudiants devant l’entrée en M2 et donc la suppression de la clause de « préférence locale » introduite par le décret,
-  l’ouverture d’un vrai débat sur la sélection en Master permettant à certains cursus, lorsque les directeurs de masters le souhaitent, de sélectionner à l’entrée du M1 plutôt qu’entre les deux années de Master.

Partager cet article:

Publié par Jens Villumsen

Délégué National Adjoint de l’UNI - Administrateur de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement