Presse

Tirage au sort en médecine : ne jouons pas notre santé ni l’avenir des étudiants à la roulette russe !

Partager cet article:
Tirage au sort en médecine : ne jouons pas notre santé ni l'avenir des étudiants à la roulette russe !

Le SADEP (Service interacadémique d’affectation des étudiants en première année d’études médicales et odonologiques) a annoncé, que le rectorat de Paris, en accord avec le ministère, avait fixé une capacité d’accueil limitée en région parisienne en première année de PACES. Ainsi seuls 7500 étudiants seront admis contre 8 143 l’année dernière. S’il venait à y avoir plus de 7500 candidats, la sélection se fera alors par tirage au sort et ce afin de répartir les étudiants dans les différentes universités de médecine parisiennes.

L’UNI dénonce cette décision arbitraire. L’avenir des étudiants ne doit en aucun cas se jouer au tirage au sort qui est profondément injuste et un non-sens absolu en matière de réussite. Il est illogique de refuser des candidats excellents et accepter des candidats dont les capacités ne permettent pas de réussir en médecine.

L’UNI demande que le gouvernement renonce à ces tirages au sort et réfléchisse plutôt à une pré-sélection avant la PACES comme le suggère l’Ordre des Médecins.

L’UNI demande également au ministère d’ouvrir enfin un vrai débat sur la sélection afin de mettre un terme à tous ces procédés injustes qui sont utilisés par les établissements pour contourner la sélection sur dossier.

Partager cet article:

Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement