Presse

Contribution vie étudiante, l’UNI dénonce la mise en place d’un « impôt étudiant »

Partager cet article:
Contribution vie étudiante, l'UNI dénonce la mise en place d'un « impôt étudiant »

A la rentrée 2018, les étudiants devront s’acquitter d’une nouvelle contribution. Le montant de cette taxe pourra varier de 60€ à 150€ (60€ en premier cycle, 120€ en deuxième cycle, 150€ en troisième cycle). Alors que jusqu’à présent les étudiants payaient 21€ (FSDIE et médecine préventive) soit une augmentation de plu de 600% !

Après trois mois de concertation, 55 réunions de travail, un rapport général remis à Madame le Ministre de l’Enseignement supérieur, aucun participant ni aucun document de travail ne rapportent l’existence de discussions sur la création d’une « contribution vie étudiante ».
Cette impôt, directement imaginé par le Ministère, servirait à « favoriser l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des élèves et étudiants et à conforter les actions de préventions et d’éducation à la santé ».

Cette contribution, comme le souligne le Conseil d’Etat dans son avis du 16 novembre 2017, relève d’une « imposition de toute nature » en l’absence de contrepartie directe à son paiement.

L’UNI, par ailleurs dénonce la création d’une nouvelle usine à gaz administrative pour collecter cette taxe dont les fonds transiteront par les CROUS. Ces derniers seront en parti gérés par des associations étudiantes sans aucune garantie de transparence, ce qui fait courir un risque de clientélisme.

L’UNI demande la suppression de cet impôt étudiant. Le financement de la médecine préventive, et de la vie associative et culturelle des campus doit se faire sur le budget des universités, il serait préférable d’ouvrir des discussions sur une légère augmentation des frais d’inscriptions plutôt que la création d’une nouvelle taxe.

Partager cet article:

Publié par Clément