Presse

Rennes, Tolbiac, Strabourg… Plusieurs facs toujours bloquées

Partager cet article:
Rennes, Tolbiac, Strabourg… Plusieurs facs toujours bloquées

Des étudiants maintiennent les blocages pour protester contre la réforme de l’accès à l’université. Alors que la coordination nationale étudiante (CNE) réunie ce week-end à la fac de Nanterre a appelé à une nouvelle mobilisation sur les campus mardi, plusieurs fac sont toujours bloquées ce lundi matin. Les étudiants protestent contre la réforme de l’accès à l’université, qui pourrait instaurer un numerus clausus.

Blocage sans limite à Tolbiac. Voté mardi dernier, le blocage du site Pierre-Mendès-France se maintient à Paris. Plusieurs centaines d’étudiants ont réaffirmé leur souhait de continuer à étendre la contestation, malgré les deux nouveaux recours déposés par le syndicat étudiant de droite UNI.

Alors que des échauffourées ont éclaté vendredi devant l’entrée, des engins explosifs ont été découverts dans l’enceinte de la fac. un peu plus tard dans le week-end.

A noter également la visite houleuse ce lundi du député LREM du XIIIe, Buon Tan. L’élu a été pris à partie par des étudiants alors qu’il tentait de dialoguer avec eux.

Paris 8 toujours mobilisée. Dès vendredi, la direction de l’université de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) appelait les étudiants et le personnel à ne pas se rendre à Paris 8 ce lundi. Le blocage doit durer au moins mardi.

Nanterre fermée. Les forces de l’ordre sont intervenues à la mi-journée pour mettre fin à l’occupation d’un bâtiment par des étudiants. Une trentaine d’entre eux s’était introduite, à 7 heures du matin, dans le bâtiment E de sciences sociales en brisant des vitres, avant de s’y barricader puis d’en gagner le toit. La faculté de Nanterre (Hauts-de-Seine), fermée administrativement depuis 9h30, n’assurait pas de cours cette semaine, consacrée aux révisions à l’approche des examens. L’ensemble de l’université a tout de même été fermé sur décision de la direction.

Rennes 2 à nouveau paralysée. Les étudiants ont de nouveau bloqué l’accès à l’université de Rennes. L’université a annoncé sur Twitter que les cours ne pourront avoir lieu.

Toulouse toujours barricadée. L’université Jean-Jaurès est bloquée depuis trois semaines et la grogne ne semble pas se calmer. France 3 Occitanie rapporte que des étudiants se sont installés et habitent dans les locaux de l’université.

Des CRS déployés à Lille mais le campus n’est pas bloqué. Six cars de CRS étaient stationnés ce lundi matin à proximité et des agents de la ville nettoyaient les tags d’opposition sur les murs. A midi, des cheminots en grève ont rejoint une centaine d’étudiants sur le parvis de la faculté, faisant face aux policiers. Selon la préfecture, il n’y a pas eu d’incident « significatif » et les élèves ont pu entrer pour passer leurs examens à 14 heures. Un collectif d’enseignants avait pourtant appelé à ne pas participer à la tenue des examens.

Le « Patio » de Strasbourg bloqué. C’est le nom du bâtiment qui abrite notamment les licences de sciences sociales, lettres et langues de la capitale de l’Alsace. Le « Patio » est bloqué depuis 6 heures lundi matin par une soixantaine d’étudiants. Des poubelles, des grillages et des barrières bloquent l’entrée du bâtiment qui a été cadenassé. Selon l’AFP, quelques étudiants ont tout de même essayé de pénétrer dans le bâtiment, avant d’en être dissuadés par les « bloqueurs ». L’Université de Strasbourg a annoncé sur Twitter que les cours et les examens étaient suspendus.

Tentative de blocage à Bordeaux. Des étudiants ont brièvement tenté de bloquer des bâtiments sur le campus Pessac-Talence vers 6 heures ce lundi matin, avant de lever le blocage peu avant 9 heures.

Seul le site qui abrite les sciences humaines, sur la place de la Victoire, dans le centre-ville de Bordeaux, reste fermé depuis la mi-mars. Ses occupants ont demandé dans un communiqué la validation du second semestre pour tous les étudiants concernés par le mouvement. Et cele avec la note de 15 au minimum « afin qu’elles et ils ne soient pas pénalisé.es dans la poursuite de leurs études ».

Des examens dématérialisés pour Montpellier. Plus de 800 examens dématérialisés concernant quelque 15 000 étudiants de l’université montpelliéraine Paul Valéry, bloquée depuis mi-février par des opposants à la loi Vidal, seront organisés d’ici le 20 avril, a indiqué lundi son président, s’attirant les critiques de certains étudiants et syndicats.

Reprenant les propos du Premier ministre en fin de semaine dernière, la ministre de l’Enseignement supérieur a assuré que « les calendriers des examens (étaient) maintenus ». Selon Frédérique Vidal ce lundi matin sur CNews, « toutes les conditions sont réunies pour qu’ils se passent sereinement ». « Si c’est nécessaire, on peut toujours décaler un examen », a imaginé la ministre, assurant que « 2018 ne sera pas une année perdue ». Ainsi, à la fac Paul Valéry de Montpellier (Hérault), 780 examens sur 800 se dérouleront en ligne, via la plateforme Moodle, ou par mail, a déclaré Patrick Gilly, le président de l’université, à La Marseillaise.

D’autres sites partiellement touchés. Des cours ne sont également pas assurés sur les sites de Censier (Paris-3), Saint-Martin-d’Hères (université de Grenoble-Alpes), et des Lettres et Langues à Metz. A Nantes, la fac de droit est bloquée depuis lundi.

A Nancy, les étudiants votent la reprise des cours. Les étudiants du campus de Lettres et sciences humaines de Nancy, bloqué depuis le 22 mars, se sont prononcés à 70,5 % pour la reprise des cours lors d’une consultation électronique organisée lundi par l’université de Lorraine, a indiqué son président dans un communiqué. Au total, 3 919 étudiants - soit une participation de 43,3% - ont participé à la consultation.

Source Le Parisien

Partager cet article:
Publié par Sebastien

Délégué national de l’UNI
#web #numérique

Vous aimerez aussi: