Publications

Ah ! Laissez-nous respirer ! Contre la censure des bien-pensants.

Partager cet article:
Ah ! Laissez-nous respirer ! Contre la censure des bien-pensants.

S’il vous arrive de manger du bifteck et de vous déplacer en automobile, il faut que vous sachiez que la lecture de ce petit ouvrage n’est pas pour vous sans risque, car votre moral risque de s’en trouver affecté. Vous apprendrez en effet que, par votre conduite irresponsable, vous mettez en danger la planète. Vous saurez que, en tant que consommateur de bifteck (ou de pot-au-feu), vous favorisez l’élevage des bovins, lesquels, par leurs rots et leurs pets, dégagent en abondance du méthane, gaz encore plus nocif que le CO2. Vous êtes coupable de crime contre l’écologie.

Par ce biais, plaisant et à peine caricatural, et par beaucoup d’autres exemples plus sérieux, Jacques Rougeot met en cause le réseau serré d’interdits tissé par une nouvelle caste de bien-pensants qui s’arrogent le droit de censurer et qui, grâce à leur emprise sur les médias, sont parvenus à ostraciser un bon nombre de mots et d’opinions traditionnellement considérés comme innocents.

Cette entreprise d’étouffement de la liberté de pensée et d’expression à laquelle répond l’exclamation figaresque du titre, joue essentiellement sur la peur et la mauvaise conscience. Il faut que les Français se sentent en permanence coupables et menacés, de façon que ce peuple, dévitalisé et neutralisé, n’ait plus la force morale de défendre ce qui fait l’essence de son pays : son identité, sa civilisation.

Dire la vérité, un droit à reconquérir pour le rayonnement de l’esprit français.

Acheter ce livre

Vous pouvez acheter cet ouvrage sur

- Amazon.

- Chapitre.com

- priceminister.com

ou

PDF - 711.2 ko

vous pouvez nous renvoyer ce bon de commande

Vous pouvez aussi télécharger ce livre en format ebook. ou sur l’ibookstore d’Apple.

S’il vous arrive de manger du bifteck et de vous déplacer en automobile, il faut que vous sachiez que la lecture de ce petit ouvrage n’est pas pour vous sans risque, car votre moral risque de s’en trouver affecté. Vous apprendrez en effet que, par votre conduite irresponsable, vous mettez en danger la planète. Vous saurez que, en tant que consommateur de bifteck (ou de pot-au-feu), vous favorisez l’élevage des bovins, lesquels, par leurs rots et leurs pets, dégagent en abondance du méthane, gaz encore plus nocif que le CO2. Vous êtes coupable de crime contre l’écologie.

Par ce biais, plaisant et à peine caricatural, et par beaucoup d’autres exemples plus sérieux, Jacques Rougeot met en cause le réseau serré d’interdits tissé par une nouvelle caste de bien-pensants.

Partager cet article:

Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

2 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement