Publications

Juris Journal - Janvier 2004

Partager cet article:
Juris Journal - Janvier 2004

S’il fallait donner un prix d’excellence du communautarisme pour l’année 2003, la palme reviendrait certainement à Tariq Ramadan. Cet inconnu a réussi le tour de force de se faire connaître en moins d’une année sur un discours à faire pâlir plus d’un défenseur des droits de l’homme. Qui est-il vraiment alors ? Une rock star des banlieues ? Quand on voit son carnet de « tournée des banlieues » où il va porter sa bonne parole, on est en droit de se poser la question. Le mari idéal ? Ses prises de position sur sa vision de la société et en particulier de la femme nous en font douter ! Un idéologue proche des fondamentalistes musulmans qui sait jouer de l’apparence en laissant penser qu’il pourrait être le gendre idéal ou le bon père de famille tout ce qu’il y a des plus respectables ? Cette fois, on approche de la vérité !
Lors de ces premières apparitions, que n’a-t-on pas entendu dire sur ce nouveau visage (apaisé ?!) de l’Islam ? Sur cet intellectuel bon teint qui avait l’air de plaire du coté de Saint-Germain-des-Prés ? De cet homme qui allait sortir la jeunesse des banlieues du marasme en leur redonnant les valeurs de l’Islam ?

Est-ce les valeurs de l’Islam que d’imposer le port du voile ? Est-ce les valeurs de l’Islam que d’excuser cette pratique barbare que constitue la lapidation des femmes ? Est-ce les valeurs de l’Islam que de monter les religions les unes contre les autres ? Est-ce les valeurs de l’Islam que de prôner le Djihad, pour tout ou n’importe quoi, alors que nous avons vécu en France sans qu’aucune guerre des religions n’éclate depuis le début du siècle ?

Nous ne devons pas nous laisser influencer par ce discours, dont Tariq Ramadan est notamment l’un des tenants, qui laisse penser que tout ceux qui sont contre sa vision de l’Islam sont contre l’Islam. Cette méthode de la victimisation qui vise à la culpabilisation, nous la connaissons bien. En son temps, S.O.S. Racisme savait elle aussi agiter le chiffon rouge et jouer sur la corde lacrymale ! Les porteurs de ce discours archaïque, obscurantiste et tout ce qui a de plus antisémite ne sont pas les victimes des cette affaire. Les vraies victimes sont ces femmes condamnées au silence. Ces enfants qui traitent leurs camarades de récré de « sale juif » parce que un Imam autoproclamé, venu prêcher dans leur cage d’escalier, leur a dit que c’est leur devoir.

Partager cet article:

Publié par Laurent Monjole

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement