Presse

Aujourd’hui, le problème du logement étudiant ce n’est pas le manque de moyens mais le manque d’imagination et de diversification des acteurs.

Partager cet article:

Le député Jean-Paul Anciaux a remis aujourd’hui, vendredi 15 février 2008, son deuxième rapport sur la question du logement étudiant à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse ainsi qu’à la ministre du Logement et de la Ville, Christine Boutin. Pour l’UNI, ce rapport est dans la suite logique du premier et répond essentiellement à la question du logement social étudiant géré par les CROUS. Si ce chantier est important, il n’épuise pas toute la question du logement étudiant. L’UNI prend acte et soutient les principales préconisations du rapport Anciaux mais appelle les ministres à aller beaucoup plus loin et à diversifier l’offre et les acteurs du logement étudiant.

Avec 20 milliards d’euros investis, le problème du logement étudiant n’est pas celui du manque de moyens mais bien celui consistant à savoir comment dépenser utilement cet argent. L’UNI appelle tous les acteurs du logement étudiant (CROUS, collectivités locales, universités…) à sortir du moule unique de la chambre universitaire de 9m² et à diversifier leurs offres en s’inspirant d’expériences novatrices :

- A Toulouse, par exemple, l’université de Toulouse 1 loge des étudiants étrangers dans des appartements dont elle assure la gestion financière en partenariat avec l’OPAC. Ce projet expérimenté pendant 3 ans a notamment permis à l’université d’obtenir le label « qualité » européen pour l’organisation de ses échanges dans le cadre Erasmus.

- A Amsterdam, pour apporter des solutions à la pénurie de logements pour les étudiants, la ville a créé plus de 1000 appartements de 20m² dans des « containers ». Ce type de logement est aussi bien plébiscité par les étudiants que par les opérateurs du logement étudiant (ce type de logement revient 8 fois moins cher qu’une chambre de 9m² à la française).

L’UNI va dans les prochains jours interpeller les candidats aux municipales afin de savoir ce qu’ils comptent faire en terme de logement étudiant. Une proposition de loi visant à modifier l’article 55 de la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (SRU) a été déposée à l’Assemblée Nationale afin que le logement étudiant soit inclus dans le « quota » des 20 % de logements sociaux dont chaque commune doit se doter. L’UNI interpellera aussi les candidats à la présidence des universités, la loi LRU leur donnant de nouvelles responsabilités, pour savoir s’ils comptent enfin se saisir de cette question.

Pour répondre aux difficultés rencontrées par les étudiants pour se loger, l’action et l’offre des CROUS ne peuvent pas à elles seules être suffisantes. L’UNI appelle donc le gouvernement à inciter d’autres acteurs à s’engager dans le problème.

Partager cet article:

Chargée des relations avec la presse