Espace militant

L’âne de Buridan

Partager cet article:
L'âne de Buridan

Depuis deux semaines, le monde universitaire connaît une nouvelle agitation, agitation contrôlée, alimentée et organisée par le syndicat SUD-étudiant. Toutefois, l’UNEF apparaît comme l’âne de Buridan en ne sachant quelle position tenir.

Ainsi Bruno Julliard jure dans les couloirs des ministères qu’il ne demandera pas le retrait de la loi d’autonomie des Universités (loi LRU), alors que plusieurs sections de l’UNEF milite dès à présent au coté de SUD, du SNEsup... Pourquoi cette position, pourquoi pratiquer le double langage sinon pour conserver une liberté de mouvement au cas où la mobilisation prendrait de l’ampleur. C’est encore les ambitions électoralistes de l’UNEF qui oblige son président à pratiquer ce double langage. Ainsi quelles sont les raisons qui poussent l’UNEF du Havre à organiser une assemblée générale le jeudi 18 alors que SUD en avait faite-une deux jours avant sinon des ambitions corporatistes.

En parallèle de cette mobilisation syndicale, se développe un collectif intitulé "Riposte" qui a été réactivé, il rassemble les représentants du Parti socialiste, du PCF, du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), des Alternatifs, de Mars-Gauche Républicaine et de Convergence Citoyenne et s’inspire des collectifs STOP CPE. Nous pouvons dès lors constater qu’il s’agit essentiellement de récupérer ce possible mouvement étudiant à des fins politiques. En effet, pour l’opposition gouvernementale, quelle chance de faire descendre les étudiants dans la rue pour un motif qui non seulement les dépasse mais qui les favorisent.

Il s’agit donc d’être vigilant, puisque bon nombre d’universités ont d’ores et déjà organisé des Assemblées Générales dont le véritable but n’est pas l’information mais bien l’organisation de la « lutte » (voir tableau). Depuis deux semaines nous pouvons compter près d’une trentaine d’universités qui mettent en place des « réunions d’informations » ou de « désinformation ». En effet, l’AG de la faculté d’Angers a servi plus de tribune politique contre le gouvernement que de simple réunion pour expliquer les points positifs ou négatifs de la loi LRU. Nous comprenons ainsi le véritable but choisi par les opposants à la loi d’autonomie qui sont bien souvent plus concernés par le monde universitaire à l’instar de l’AG de Nantes orchestrée par des vieux briscards rôdés à l’agitation populaire.

Ainsi, il importe non seulement d’être vigilant mais encore de discréditer ce mouvement en utilisant la presse, les médias pour montrer l’utilisation politique des étudiants. Car si la loi LRU est un prétexte, il s’agit aussi et surtout pour ces personnes de combattre un gouvernement de réformes. Car, en plus du retrait de la loi LRU, ils désirent la gratuité de l’enseignement supérieur français, pourtant le système le moins cher d’Europe voire du monde. A cela s’ajoute pour ces marxistes en herbe de mobiliser les étudiants, les lycéens, les salariés du public comme du privé en faveur « de la réhabilitation des services publics, contre la destruction des solidarités et la dégradation des conditions de travail de tous et toutes co-orchestrée par les gouvernements et le patronat depuis une vingtaine d’années ». (Communiqué de presse de SUD pour le 18 octobre). Enfin, pour terminer ce mouvement amorcé depuis le début de la rentrée, ces organisations annoncent des actions d’envergure nationale le 23 octobre, au choix : manifestations, grèves, blocages…Tenez-vous prêts

— Liste des Universités ayant déjà organisées des Assemblées Générales avant le jeudi 18 octobre :

- Amiens
- Angers
- Bordeaux III
- Bordeaux IV
- Caen
- Chambéry
- Dijon
- ENS
- Lille
- Lyon
- Metz
- Nancy
- Nantes
- Toulouse
- Tours

Principales organisations syndicales : SUD-étudiant et SNEsup.

— Liste des Universités organisant des Assemblées Générales entre le 15 et le 18.

— - En date du 15 octobre :
- Paris VIII

— - En date du 16 octobre :
- Bordeaux I
- Bordeaux II
- Le Havre
- Le Mans
- Lille III
- Marseille
- Rennes I
- Toulouse II
- Tours

— - En date du 17 octobre :
- Angers
- Bordeaux III
- La Rochelle
- Lille I
- Montpellier
- Perpignan
- Rennes II

— - En date du 18 octobre :
- ENS
- Lille II

Principales organisations syndicales : SUD-étudiant, SNEsup et UNEF.

Partager cet article:

Publié par UNI