A propos des désastres birman et chinois…

Par UNI Archives

Le 1 juin 2008 à 18h47

Image A propos des désastres birman et chinois…

Je partage l'article

On ne pourra pas dire que, depuis quelques mois, l’actualité ne nous a pas donné des exemples répétés du cynisme des dictatures asiatiques.

En Birmanie, la junte folle à la tête du pays, incarnée en son Généralissime psychopathe, a utilisé et utilise encore, sans vergogne, le désastre qui a frappé ses provinces pour éradiquer les populations au sein desquelles de possibles mouvements de rébellion auraient pu se développer. En même temps, en contrôlant sévèrement l’aide internationale que nous, Occidentaux, ne demandons qu’à envoyer, les militaires en profitent pour détourner une part non négligeable de cette manne, et se payer jolîment sur le malheur de leur peuple, en s’arrosant avec une ostentation répugnante. Enfin, pourquoi se gêner en demandant avec une audace calculée que nous accélérions nos dons, afin qu’ils puissent se servir plus vite !

Le Généralissime a créé de toutes pièces voilà deux ans, une nouvelle capitale, « royale » : nous allons certainement financer son installation « dynastique » à la tête de l’Etat du Myanmar !…

En Chine, à quelques semaines du début des Jeux Olympiques de Pékin, et alors que les Tibétains se font systématiquement liquidés ou persécutés, les tremblements de terre ont permis aux autorités de faire assaut de diplomatie, de démontrer -en contre-point la Birmanie- leur efficacité et leur attention à venir secourir leurs peuples meurtris, et aussi de faire passer au second plan leurs « ennuis » himalayens : n’ont-ils pas tactiquement ouvert de nouvelles « négociations » avec les émissaires du Dalaï Lama ? Quelques écrans de fumée permettront peut-être de réussir « leurs » Jeux sans trop de mouvements de protestation de la part des Occidentaux soudain apitoyés par leur mauvais sort ?

Cette différence de traitement et de réponse face aux catastrophes naturelles illustre de façon lumineuse l’habilité confirmée des dirigeants chinois, dignes successeurs de centaines d’années de politique et de manoeuvres. La dictature chinoise a ce côté faussement onctueux et poli qui trompe souvent les naïfs ou les idéalistes contemporains : l’Europe n’est pas en reste pour se laisser manipuler par des brutes insensibles, parce qu’elle a perdu l’habitude ou l’envie des manoeuvres diplomatiques, à moins que depuis le temps qu’elle bat sa coulpe à tout propos elle n’en soit venue à aimer se faire rouler !…

Les Etat-Unis ne sont pas dupes, eux. Il faut ménager ce partenaire qui aujourd’hui, dans le Pacifique et de plus en plus partout dans le monde, se fait si redoutable. La Chine est devenue en trente ans le nouveau monstre mondial, aussi bien économique que politique, un vaste atelier dont nous sommes dépendants et surtout le nouvel appui de tous les prétendus mouvements « démocratiques » et révolutionnaires de par le monde. Napoléon disait que, « Lorsque la Chine s’éveillera, le monde tremblera ».

C’est fait, et le dragon sait sortir ses griffes ou étendre ses ailes sur les territoires ou les secteurs économiques qu’il convoîte en nous hypnotisant grâce à quelques menus cadeaux ou concessions tactiques.
Le Népal devient république ? La guérilla se disait « maoïste » ? Faut-il se demandait longtemps qui a tiré les ficelles de ce spectacle de marionnettes ? Le Soudan s’obstine à massacrer les populations du Darfour et l’O.N.U. est neutralisée ? A qui la faute ?

Quant aux nombreux investissements des Chinois en Afrique et en Amérique du Sud -qui se font souvent à notre détriment-, doit-on les évoquer quand les « Communistes » chinois, parfaitement convertis au capitalisme, ont dans leurs coffres assez de réserves de devises et de créances pour précipiter les Etats-Unis dans la banqueroute ?

C’est pourquoi la Chine a obtenu les Jeux Olympiques. C’est pourquoi, en réalité, toute la planète va aller assister aux cérémonies diverses et variées à Pékin, pour ne pas froisser ce grand colosse sourcilleux et nationaliste. On pourra peut-être sanctionner la Birmanie, et alors ? Mais la Chine certainement pas, et le Tibet sera certainement « pacifié », sans que nous bougions plus qu’il ne faut pour soulager notre conscience !

P. MOREL

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire