A Sciences Po Grenoble, l’extrême-gauche tente d’empêcher la tenue d’un cours, s’en prend à ceux qui s’y rendent et dégrade les locaux

Par UNI Grenoble

Le 19 avril 2023 à 19h05

UNI

Je partage l'article

Cela fait plusieurs semaines que L’UNI Grenoble alerte la direction de l’Université Grenoble Alpes et de Sciences Po Grenoble sur la nécessité de sanctionner ceux qui bloquent et dégradent l’IEP. Malgré cela, ils ont pu continuer à agir sans la moindre conséquence. Ce sentiment d’impunité a poussé les militants d’extrême-gauche à franchir de nouvelles limites.

Alors qu’un cours magistral devait se tenir à l’IEP, l’extrême-gauche a organisé un sit-in devant les portes de l’amphithéâtre pour entraver l’entrée du professeur et des étudiants. Lorsque le professeur et les étudiants sont tout de même parvenus à entrer dans l’amphi, les militants ont mis bruyamment de la musique devant les portes de la salle afin d’empêcher la tenue du cours

Pendant le cours, plusieurs toilettes et une porte de l’établissement ont été détériorées par ces mêmes étudiants. Ces derniers les ont dégradées afin d’y inscrire des appels à la révolution, à s’en prendre aux forces de l’ordre et à « faire comme à Sainte-Soline ». Cela indique clairement que ces militants veulent passer à l’action violente. Des pancartes ont également été disposées devant la salle. L’une d’entre elles indiquait la mention « collabos » et était disposée sur le hublot de la porte de l’amphi. Elle désigne ainsi clairement le professeur et ses étudiants. Comme ils l’avaient fait il y a deux ans en ciblant des professeurs, les militants d’extrême-gauche s’en prennent maintenant publiquement à toute une classe.

Ce nouveau scandale survient car ces étudiants, qui sont les mêmes que ceux qui bloquent l’IEP et créent des polémiques depuis plusieurs années, se permettent de toujours aller plus loin car ils ne sont jamais sanctionnés.

Alors que nous venons de franchir un nouveau cap, celui où un professeur et ses étudiants peuvent se faire insulter de « collabos » car ces derniers cherchent à aller en cours, nous demandons à ce que la Direction de l’IEP sanctionne de manière exemplaire ces fauteurs de troubles qui ne cessent de pourrir la vie des étudiants depuis des années. Sans une vive réaction de la part de la Direction, ces pratiques continueront à progressivement devenir la norme au sein de l’IEP.

Nous apportons tout notre soutien au professeur et aux étudiants. Ces infâmes calomnies n’ont pas leur place à Sciences Po Grenoble. Jamais nous ne nous céderons face aux pressions de l’extrême-gauche.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Appel au blocage des lycées par l’extrême-gauche : L’UNI demande au gouvernement la tolérance zéro pour les fauteurs de trouble.

Article lié -

L’UNI devant Sciences Po pour dénoncer la venue de Jean-Luc Mélenchon

Article lié -

État actuel de l’Université : censurer l’UNI plutôt que de confronter ses idées