Allemagne : Feu vert pour la grande coalition

Par UNI Archives

Le 14 décembre 2005 à 17h13

Image Allemagne : Feu vert pour la grande coalition

Je partage l'article

Un mois après le début de son mandat, retour sur les derniers instants des négociations pour la validation du gouvernement MERKEL…

Article in Dernières Nouvelles d’Alsace novembre 2005 :

« A une majorité écrasante, les délégués de CDU, CSU et SPD, réunis en congrès, ont approuvé l’accord de coalition adopté vendredi dernier par les dirigeants des trois partis allemands. La voie eest libre pour l’élection, la semaine prochaine (18 novembre), d’Angela MERKEL au poste de Chancelier.

Une ovation debout de quinze minutes, des délégués en larmes et un chancelier visiblement ému, revenant une dizaine de fois sur le devant de l’estrade dans le hall des expositions à Karlsruhe, les mains serrées au-dessus de la tête. Jamais peut-être, au cours de ses sept années de chancellerie, Gerhard SCHRÖDER n’avait été plus applaudi qu’au moment où il a quitté la scène politique.

il avait très tôt déclaré qu’il ne ferait pas partie du futur gouvernement d’Angela MERKEL, mais il a joué un rôle clef lors des négociation qui ont abouti à l’accord de coalition. Ce texte, martèle SCHRÖDER, « porte la signature de la social-démocratie » ; il a donc appelé les 500 délégués à approuver la « feuille de route » pour l’Allemagne pour les quatre années à venir.

SCHRÖDER admet que le SPD a dû renoncer à certaines promesses électorales et faire des compromis. « Désormais les gens attendent de nous que nous trouvions des solutions aux problèmes sociaux. Saisissons cette chance ! ». Sur les 500 délégués, seuls 15 ont voté contre, 5 se sont abstenus. Ce mâtin, le congrès de Karlsruhe doit approuver le choix du nouveau président du parti, Matthias PLATZECK, originaire de l’Est comme Angela MERKEL.

Majorité écrasante aussi pour la grande coalition au petit congrès de la CDU à Berlin : 112 des 116 délégués l’approuvent, 3 le rejettent, 1 s’abstient. pourtant les orateurs n’avaient pas ménagé leurs critiques. « Cet accord de coalition le fait mal au ventre mais je voterai pour », avouait le président des jeunes chrétiens-démocrates, MISSFELDER.

Consciente des réserves de la base, Angela MERKEL, déjà toute chancelière dans son tailleur noir, se veut rassurante : « Cette coalition a mérité une chance, laissons-la se mettre à l’oeuvre… ». Certes, les chrétiens-démocrates n’ont pas tout obtenu et Madame MERKEL a cité Konrad ADENAUER : « La politique n’est pas l’art du souhaitable, mais l’art du possible ». Avant de souligner « l’esprit positif » qui règne entre les deux grands partis, prêts à assumer ensemble des responsabilités.

Deux heures plus tard, on apprenait le résultat de la troisième consultation, celle de la CSU bavaroise à Munich. Sans surprise, les 200 délégués ont approuvé à l’unanimité l’accord de coalition, défendu par le ministre-président Edmund STOIBER. « Nous sommes dans une situation dramatique. L’Allemagne est surendettée. Seule une grande coalition peut nous sortir de là ». (…) »

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire