ARCHIVES : Soutenir les étudiants concernés par les reports d’examens !

Par UNI Archives

Le 9 juin 2009 à 14h58

Image ARCHIVES : Soutenir les étudiants concernés par les reports d’examens !

Je partage l'article

Les dernières grèves dans les universités ont eu de nombreuses conséquences fâcheuses pour les étudiants concernés par les blocages, l’absence de cours et l’hypothèque qui pèse aujourd’hui sur des diplômes dont la validité, le contenu et le sérieux sont et seront impitoyablement remis en question par les autres établissemens supérieurs nationaux et internationaux, ainsi que par les employeurs. Quant à tous ceux qui devaient résilier des baux, débuter des emplois d’été ou partir en voyage, les solutions, si elles existaient, n’ont pu être que bancales et pénalisantes.

Pour mémoire, nous reprenons ci-dessous l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace du 19 mai 2009, présentant les mesures principales adoptées par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie PECRESSE, pour tenter de remédier aux situations calamiteuses des milliers d’étudiants pénalisés…

Mais il faut dire encore et toujours que les premiers responsables du discrédit de notre enseignement supérieur universitaire sont les mouvements et groupuscules de gauche qui prétendent pourtant vouloir le sauver !… Les hypocrites !

« Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé ces mesures aux cinq organisations étudiantes -UNEF, FAGE, UNI, Confédération Etudiante et PDE. Ces mesures sont destinées à « atténuer les plus possible les conséquences du rallongement de l’année universitaire« , alors que les mouvement dans les universités est entré hier [18 mai 2009] dans sa seizième semaine et qu’une dizaine d’entre elles sont toujours perturbées.

— MESURE PRINCIPALE : tous les étudiants boursiers qui auront des examens en juillet ou septembre, bénéficieront d’un mois de bourse supplémentaire. Selon le ministre, « 10 à 15000 personnes sont potentiellement concernées« . Aucun étudiant ne se verra privé l’an prochain d’une bourse pour des raisons liées à son assiduité aux cours du second semestre de cette année.

— DEUXIEME MESURE : les étudiants résidant en cité universitaire pourront demander une prolongation de leur bail pour le mois de juillet en s’acquittant d’un demi loyer (50€, selon le ministère). Ceux résidant dans le parc privé pourront aussi faire une demande de chambre en cité U pour juillet.

Dans les universités où se dérouleront des examens en juillet ou septembre, au moins un restaurant universitaire devra être ouvert sur le campus. Sur les modalits d’examens, la ministre a demandé aux présidents d’universités de veiller à ce que les examens portent sur les cours effectués, à ce qu’une seconde session de rattrapage soit prévue et à ce que les étudiants soient bien informés de l’organisation des épreuves.

Enfin, Madame PECRESSE a dit qu’elle allait « se rapprocher de son collègue Eric BESSON« , ministre de l’Immigration, « pour que les étudiants étrangers ne soient pas pénalisés lors de renouvellement de titres de séjour. Nous avons provisionné une somme importante qui couvrira largement ces dépenses« , a affirmé la ministre.

L’UNEF […] les a qualifiées de « nouvelles garanties » pour que les étudiants « puissent passer leurs examens dans les meilleures conditions« . Mais elles « ne permettent pas de lever les inquiétudes qui s’expriment sur le fond » du conflit. Il a demandé « des gestes d’apaisement supplémentaires » au gouvernement.

« C’est un très bon premier pas« , a estimé la FAGE, inquiète toutefois des endroits « où l’on ne sait même pas encore si on va pouvoir faire des examens en juillet« . N’est pas réglé, selon elle, le problème de ceux qui ont besoin d’un job d’été.

L’U.N.I. a estimé que les mesures répondaient « aux inquiétudes des étudiants« . La Confédération étudiante s’est dite « plutôt satisfaite« , tandis que PDE était « content » mais aurait voulu que le déblocage d’un fonds d’urgence.

Sur le terrain des facs étaient encore perturbées. A Toulouse II, une tentative de déblocage du président a échoué. Paris IV Sorbonne était toujours en grève. Des étudiants de Nancy II ont voté le blocage ; des étudiants et enseignants d’Aix-Marseille I ont voté la poursuite de la grève. A Saint-Etienne,une référendum sur la reprise des cours a été perturbé par les grévistes.

ne réunion plus large sur « les conditions de vie étudiante dans le contexte de crise économique » est prévue début juillet au ministère. »

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !