Au fil des journaux : quelques nouvelles prises au hasard (?)…

Par UNI Archives

Le 28 juillet 2009 à 14h58

Image Au fil des journaux : quelques nouvelles prises au hasard (?)…

Je partage l'article

Ces dernières semaines, on a pu lire dans les journaux, quotidiens ou hebdomadaires, quelques nouvelles de France ou du monde qui peuvent appeler des commentaires en passant, sans que ceux-ci prétendent les éclairer, mais simplement donner notre avis ou notre sentiment… Vos avis seraient utiles en l’occurence !

> Le récent RAPPORT COTIS remis au président de la République mi-mai relève que la part des salaires dans la valeur ajoutée est restée « plutôt stable » sur les vingt dernières années mais les écarts entre salariés se sont creusés.

Ce constat établi par le directeur général de l’INSEE, Jean-Philippe COTIS, permet aux syndicats et aux organisations professionnelles a réclamé une « réduction de la précarité, une réforme de la gouvernance des entreprises, une réforme fiscale taxant lourdement les hauts revenus et la généralisation de l’épargne salariale ».

Selon nous, ce rapport est une « patate chaude », objet statistique non identifié, auquel on peut faire dire n’importe quoi. Les mouvements de gauche en profitent avec délectation, vu le climat actuel de défiance vis-à-vis de l’entreprise et des banques en particulier, en suggérant plus ou moins franchement des nationalisations ou quasi-natonalisations des entreprises, seul moyen il faut bien le dire pour permettre à l’Etat d’intervenir légalement et légitimement dans la politique industrielle des groupes et sociétés. La fausse bonne idée présidentielle proposant un partage des bénéfices « en trois tiers » (salariés, actionnaires-propritaires et investissements) foule allègrement le principe constitutionnel du droit de propriété. Car on rappelera aux distraits que l’actionnariat même atomisé constitue l’ensemble des « propriétaires » des entreprises et sociétés. Logiquement, benoîtement, si l’Etat veut décider, il doit posséder, et, à moins d’investir sur le marché privé des actions pour se faire, procéder arbitrairement à la nationalisation.

Par ailleurs, on dit dans le rapport « les entreprises », selon l’habitude néfaste de généralisation : mais quelles entreprises ? De quelle taille ? De quel statut ? A partir de quel chiffre d’affaires, ou de quel bénéfice réalisé ? Voire, dans quels secteurs d’activité ? L’artisanat serait-il concerné ? Les entrepreneurs individuels ?
La discussion s’annonce bien difficile car s’il est possible d’imposer des hausses salariales par exemple aux grandes entreprises, dans les micro, petites et moyennes, cela aurait pour conséquence d’emporter la faillite de bon nombre d’entre elles, déjà étranglées par les charges et obligations légales ! Affaire à suivre donc !…

> La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) poursuit son développement, en étendant son champs d’action sur tous les types de discrimination : origine, âge, handicap, situation familiale, activité syndicale, religion ou « autres »… Par ailleurs, elle exerce son droit de contrôle à l’encontre de toute personne, qu’elle soit physique ou morale, publique ou privée.

Crée en 2005, cette Autorité, qui avait traité 1500 cas lors de sa première année d’existence, en a examiné 7788 en 2008. La « discrimination » est devenue une affaire d’Etat comme elle l’était devenue aux Etats-Unis dans les années 1960, losqu’il s’était agit d’y combattre le racisme officiel sévissant dans le Sud des Etats-Unis.

En France, ce problème a émergé des limbes politiques avec la mise en lumière des difficultés d’insertion des minorités ethniques issues de nos anciennes colonies : Maghreb et Afrique noire essentiellement. Parallèlement, les mouvements féministes ont connu un regain d’activité revendicative, de même que les groupes de pression homosexuels. DE telle sorte qu’aujourd’hui, la HALDE se trouve invesi de pouvoirs d’enquête un peu fourre-tout, avec des champs d’investigation quasi illimités : est-ce un bien ? N’est-ce pas le signe supplémentaire d’un malaise plus profond ?

Cette nouvelle autorité en tout les cas apparaît au moment où la société française plonge dans l’assistanat et l’infantilisme, la suspiscion et le doute, la haine de soi et des autres. En même temps, l’hygiénisme et l’écologisme font florès et acquièrent des places importantes dans les habitudes et moeurs communs : on s’alarme du devenir de la planète comme de la santé des fumeurs -par ailleurs adultes responsables en théorie, on revendique des droits toujours plus grands pour la communauté dont on se dit le porte-parole et le membre lésé, on quémande à l’Etat étranglé des surplus de subventions à l’utilisation discutable, mais dans un climat de politiquement correct tel que la critique de ces usages et activités est dénoncée comme diffamante ou discriminatoire. Et l’on se retourne vitement vers la HALDE pour qu’elle sévisse ! On peut se demander si cela ne concourrait pas plutôt à dresser les différentes catégories sociales, sexuelles, économiques et j’en passe, les unes envers les autres, et distiller ainsi le venin de la défiance généralisée, alors qu’il serait plutôt utile de tout mettre en oeuvre dans les écoles, les entreprises, les administrations et le tissu social pour resserrer effectivement les solidarités mises à mal depuis une quarantaine d’années ?

> Au Sri Lanka, pendant ce temps-là, la guerre contre les Tigres tamouls a pris fin début juin dernier, avec la victoire écrasante de l’armée régulière contre ce mouvement terroriste créé en 1972. Cette redoutable guerilla qui, en 2007 encore régnait sur 15000 km2 dans le nord et l’est du pays, a subi là une défait considérée comme définitive, grâce à la mort de son chef suprême , Velupillaï PRABHAKARAN, dans les derniers jours du conflit. Ce mouvement de rébellion d’inspiration successivement marxiste puis nationaliste avait « inventé » le concept d’attentat-suicide dans les années 1970-1980, et théorisé le recours à la violence contre les populations civiles cinghalaises, majoritaires dans le pays.

On doit se réjouir de cette issue, qui marque ainsi la fin d’un mouvement politique et terroriste qui avait diffusé auprès de nombreux autres mouvements terroristes ses méthodes et ses techniques. On peut espérer que d’autres mouvements (Sentier lumineux, FARC, ETA, Taliban et Hamas, etc.) connaîtront la même fin, synonyme de paix retrouvée et de nouvelles perspectives pour les populations ainsi purgées de leur gangrène criminelle…

> Dans la première démocratie du monde, l’Inde, se sont déroulées les élections législatives du 16 avril au 13 mai dernier. Ces élections marquent la belle victoire du parti du Congrès qui, avec 200 députés sur 543, aura à former le nouveau gouvernement indien en poste jusqu’en 2014. Le Premier ministre sortant, Manmohan SINGH, a exulté en précisant que, pour lui, cette victoire signifiait « le rejet des politiques fondées sur les castes et les religions et l’approbation d’une politique propre ».

Ces élections se sont déroulées dans le calme, sans contestation des résultats, et sans qu’aucun doute puisse être soulevé quant à l’honnêteté du scrutin, faisant de l’Inde, dans cette région de l’Asie du Sud aux si nombreuses dictatures, un exemple brillant de démocratie pacifiée. En même temps, c’est aussi un cas particulier de pays où une famille semble porter sur ses épaules ou incarner un destin particulier : les GANDHI en effet, affirment clairement leur main-mise sur la politique indienne. La présidente du parti du Congrès, Sonia GHANDI, veuve de l’ex-Premier ministre assassiné Rajiv GANDHI (lui-même fils de ???) a permis à ses enfants, Rahul et Priyanka, d’accéder à des postes de responsabilités tels que leur avenir national semble assuré !

Alors que le Pakistan sombre dans le chaos, que le Sri Lanka entre en convalescence et que le Bangladesh et le Népal voisins demeurent dans des situations politiques fragiles, la 10ème puissance économique s’affirme donc comme capable de faire face à ses défis : réduire les problèmes d’inégalités sociales et économiques, apaiser les tensions inter-religieuses…

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !