Blocages, menaces, dégradations… L’UNI se mobilise contre l’extrême-gauche qui s’en prend à nos universités depuis hier !

Par Yvenn Le Coz

Le 26 janvier 2024 à 12h54

UNI

Je partage l'article

Alors que l’année dernière, les militants d’extrême-gauche ont bloqué et dégradé l’ensemble des universités françaises pendant la réforme des retraites, ils utilisent maintenant la loi immigration comme prétexte pour s’en prendre à nouveau à nos études.

Le blocage de l’université Rennes 2 en toute impunité en début de semaine a ouvert la voie à de nombreux autres blocages à Nantes, Strasbourg, Assas, Paris 8… Ces blocages ont même été accompagnés de tags anti-France, anti-police et anti-UNI à Nantes : « 1 flic, 1 balle », « Palestine vaincra, AntiFrance vaincra », « Soutien aux émeutiers », « Toustes uni.e.s contre l’UNI » etc. Une plainte sera déposée dans la journée contre X pour ces tags.

Alors que les présidences des différentes universités ont fait le choix de ne pas agir, nos militants se mobilisent depuis hier contre ces blocages et dégradations. Cette nuit, nos militants ont débloqué Nantes Université et ce matin ils ont procédé au déblocage d’Assas dans un climat particulièrement violent.

L’UNI somme la Ministre de l’Enseignement Supérieur et les présidents d’université de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser le blocage et sanctionner les coupables. Si, comme l’année précédente, les autorités compétentes ont la main qui tremble, ces blocages et ces menaces pourraient s’étendre à l’ensemble des universités françaises. L’UNI continuera son combat face aux ennemis de la France et appelle au sursaut de nos institutions pour faire cesser ces dérives.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Raphaël Arnault, un militant ultra-violent et fiché S, investi par le Front Populaire aux élections législatives

Article lié -

Interruption de la table ronde sur la question Palestinienne à l’Université de Lille : les militants pro-hamas accusent la présidence de l’Université de complicité à un « génocide ».

Article lié -

Appel au blocage des lycées par l’extrême-gauche : L’UNI demande au gouvernement la tolérance zéro pour les fauteurs de trouble.