Tribune de l’UNI – «Contrairement à certains diplômés d’AgroParisTech, nous, étudiants, croyons à la science et au progrès»

Par Jacques Smith

Le 30 mai 2022 à 13h53

UNI

Je partage l'article

FIGAROVOX/TRIBUNE – Lors de leur récente remise des diplômes, huit diplômés d’AgroParisTech ont appelé à «déserter» les métiers auxquels ils ont été formés. Jugeant que ces protestataires multiplient les poncifs et se comportent en enfants gâtés, plus de 200 jeunes signent la tribune de l’UNI face aux militants décroissants et à l’idéologie woke et décoloniale.

Depuis la semaine dernière, une vidéo fait le tour des réseaux sociaux. Lors de la remise de diplôme de la prestigieuse école AgroPariTech, huit étudiants prennent la parole et l’assemblée assiste à un véritable « appel à déserter ». Déserter leur école, accusée de perpétuer « l’ordre social dominant » et de soutenir « les intérêts de quelques-uns ». Déserter leur futur métier qui conduira à des « ravages écologiques et sociaux » et qui ne servira rien d’autre que le capitalisme. L’innovation, le développement durable, la recherche, non, eux, ils n’y croient pas. A les entendre, l’industrie agro-alimentaire est même responsable de fabriquer des plats préparés et les chimiothérapies conçues pour soigner les maladies qu’ils causent.

Que proposent-t-ils alors ? En écoutant leur parcours, on apprend que l’un d’entre eux vit dans la ZAD de notre dame des landes depuis deux ans, un autre milite pour le collectif extrémiste « les soulèvements de la Terre » prônant la violence politique, un autre encore participe à un projet d’agriculture collective et vivrière. En brandissant l’urgence climatique, ces jeunes militants prônent une décroissance radicale et violente, imprégnée de marxisme, de décolonialisme et de wokisme, une totale et profonde remise en cause de tout ce qui fait notre société et son fonctionnement.

C’est nier les bienfaits et les immenses avancées que ce « système » tant décrié nous a permis d’accomplir.

Les progrès techniques comme le livre et l’imprimerie ont permis à la culture de se propager à destination de tous et d’éradiquer l’illettrisme dans une grande partie du monde. Notre système éducatif est développé et accéder à l’enseignement supérieur n’est plus une exception. Nos avancées sur le plan de la médecine ont permis de soigner des maladies autrefois incurables et d’allonger considérablement l’espérance de vie.

Grâce aux nombreuses innovations industrielles puis aux différentes infrastructures technologiques, le niveau de vie a spectaculairement augmenté dans nos pays et l’ensemble de la population a accès à une offre de services riche et diverse.

« La société a payé la formation de ces jeunes diplômés afin qu’ils deviennent des ingénieurs qui trouvent des solutions aux problématiques que le monde rencontrera demain« .

Le progrès, l’innovation et la recherche ont prouvé dans l’histoire qu’ils pouvaient améliorer la vie de tous dans une logique de croissance. Les soubassements indispensables à la production de richesses sont les valeurs du mérite, du travail, de l’effort, ces mêmes valeurs que les grandes écoles, d’où sortent ces jeunes diplômés militants, doivent incarner. Pour relever les enjeux de demain, les jeunes générations doivent recevoir une formation d’excellence. AgroParisTech fait partie de ces grandes écoles publiques, stratégiques et d’excellence. La société a payé la formation de ces jeunes diplômés afin qu’ils deviennent des ingénieurs qui trouvent des solutions aux problématiques que le monde rencontrera demain (en moyenne, la formation d’un ingénieur coûte 25 000 euros par an à l’Etat). En sombrant dans un extrémisme idéologique dangereux, ils ont pris les places de jeunes qui auraient mis en application ce qu’ils avaient appris pour servir l’intérêt général.

« Se parant d’altruisme et de bonne conscience, ces jeunes diplômés d’AgroParisTech tombent en réalité dans l’égoïsme, désertant le service du bien commun auquel ils étaient destinés« .

Alors, nous tous, étudiants à l’université, en école, jeunes actifs, voulons montrer que nous ne croyons pas au modèle de société que prônent ces militants. Nous ne voulons pas prendre le climat et l’écologie comme prétextes pour justifier une décroissance totale et une régression civilisationnelle mortifère. Nous ne voulons pas l’égalité dans une pauvreté absolue. Nous ne voulons pas croire que l’innovation n’est là que pour servir un capitalisme opprimant. Nous ne voulons pas d’une société woke et décoloniale, qui voudrait détruire tout héritage commun et tout passé.

Face à la désertion égoïste de ces militants, nous appelons à la responsabilité et à l’engagement pour relever les défis de demain.
Nous sommes la jeunesse de France qui croit aux progrès techniques, à l’innovation, à la recherche utile, qui croit à la croissance et à la production de richesse bénéficiant à tous. Nous sommes la jeunesse de France qui se forme dans les universités et grandes écoles afin d’être prêts à construire le monde de demain. Nous devons nous engager et ne pas fuir nos responsabilités afin de servir l’intérêt général et le bien commun.

Lien de l’article dans le figaro avec la vidéo des jeunes militants diplômés : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/contrairement-a-certains-diplomes-d-agroparistech-nous-etudiants-croyons-a-la-science-et-au-progres-20220525

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

L’UNI face aux bloqueurs de lycées sur CNEWS !

Article lié -

Le député Louis Boyard appelle à l’insurrection dans les universités !

Article lié -

Insécurité à Nantes : l’UNI Nantes représente la jeunesse sur CNEWS !