Enième grève dans l’Education, toujours des étudiants et des lycéens sacrifiés !

Par UNI Archives

Le 20 novembre 2008 à 19h12

Image Enième grève dans l’Education, toujours des étudiants et des lycéens sacrifiés !

Je partage l'article

27,20% des enseignants en lycées d’enseignement professionnel, 28,90% des enseignants en lycée d’enseignement général et technologique étaient en grève dans l’académie de Nantes contre 15,48% et 19,42% au niveau national. (AEF n°104882)
Seul 160 communes sur 360 communes du département ont mis en place le service minimum d’accueil alors que l’enseignement primaire de l’académie atteint 63,20% de grévistes.

Relance de la polémique autour du service minimum

Aujourd’hui, les communes sont tenues de mettre en place un SMA, un Service minimum d’accueil, dès lors que les établissements dépassent les 25% de grévistes.

L’UNI rappelle qu’à chaque mouvement social les municipalités de gauche opposent les mêmes arguments sans jamais prendre les devants. L’UNI dénonce cette nouvelle prise en otage des familles et de chaque français désireux de se rendre à son travail.

Il reste clair que la gauche française en mal de reconstruction a bien d’autres préoccupations que l’intérêt de chaque Français !

Intox de la part des syndicats étudiants et lycéens!

De la maternelle à l’université, aujourd’hui était annoncé comme une véritable journée morte.

Depuis quelques semaines déjà, l’UNEF, la Fé2a mais également l’UNL et la FIDL, tentent de faire se lever la voix de la contestation dans les Universités et les Lycées, contre le gouvernement, au rythme poussif d’Assemblées Générales en UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines qui se suivent et ne rassemblent que les mordus de l’agitation universitaire.

Il semble très clairement que les étudiants et les lycéens ne souhaitent pas répondre aux appels à la mobilisation.

De son côté, l’UNI a souvent mis fin à la mascarade des « pseudos » réunions d’information (Assemblées Générales). En effet, localement à Angers l’Assemblée Générale n’a rassemblée que les apparatchiks des blocages de l’an dernier. Elle a permis de mettre au gout du jour la division qui règne entre les dirigeants de l’UNEF, contre les blocages, et certains membres de l’UNEF en Lettres, notamment un membre du Bureau National de l’UNEF, favorables à une contestation plus musclée, rejoint par SUD étudiant et une élue Fé2a, pas si indépendante qu’elle le clame.

L’UNI se félicite du fait que les étudiants et les lycéens sont bien résolus à ne pas se laisser emporter par les arguments fallacieux de ces agitateurs de foule.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !