Entretien avec Hugues PORTELLI

Par UNI Archives

Le 28 janvier 2005 à 10h12

UNI

Je partage l'article

Hugues PORTELLI est professeur de Sciences Politiques, et sénateur maire d’Ermont (Val-d’Oise). Il répond à nos questions sur le service minimum. Pour en savoir plus

Alors que les mouvements sociaux se multiplient ces derniers jours, comment expliquez-vous que notre pays soit, si on le compare à ses homologues européens, celui où on connaît le plus souvent des grèves ? Ne pensez-vous pas que cette situation handicape, y compris économiquement, notre pays ?

La fréquence des grèves en France est le résultat de plusieurs handicaps: le premier est que les grèves proviennent presque exclusivement du secteur public (avec ses fonctionnaires et agents à statut) qui est plus développé en France que dans les autres pays européens. Le second est l’absence de syndicalisation: les Français se syndiquent peu (moins de 10% des salariés alors que le taux moyen en Europe est supérieur à 50%) et les mouvements sociaux sont donc lancés par des minorités peu représentatives. Le troisième est l’émiettement syndical: là où il n’y a qu’un syndicat (Europe du Nord) voire deux ou trois (Europe du Sud), la France en compte sept nationaux sans parler des multiples syndicats catégoriels ou locaux: la concurrence et la surenchère entre ces micro-organisations est un facteur décisif de multiplication des grèves.

Pensez-vous qu’il y ait la place, dans notre pays, pour un vrai dialogue social apaisé ?

Oui à condition que l’Etat accepte une fois pour toutes de ne plus se substituer à la négociation entre les partenaires sociaux et que ceux qui jouent le jeu de la négociation ne soient pas pénalisés.

Pensez-vous qu’il faille légiférer sur le service minimum, ou la voie contractuelle vous semble-t-elle préférable ?

La voie contractuelle est inapplicable du fait de la balkanisation syndicale: 15 syndicats à la SNCF par exemple. Les accords signés ne seront jamais tenus. La seule solution est de légiférer et d’assortir le non-respect de la loi de sanctions dissuasives. C’est ce que prévoient de nombreux Etats démocratiques.

Que répondez-vous à ceux qui arguent de l’inconstitutionnalité d’un service minimum pour s’y opposer ?

Le principe de continuité du service public a été reconnu par le Conseil constitutionnel comme de valeur égale à celui du droit de grève dont, rappelons-le, la constitution (par le préambule de 1946 qu’elle reprend) prévoit qu' »il s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent ». Nous attendons toujours ces lois depuis 1946.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !