Etudiants de grandes écoles, il est grand temps de réagir !

Par UNI Archives

Le 13 janvier 2006 à 8h36

Image Etudiants de grandes écoles, il est grand temps de réagir !

Je partage l'article

Voici plusieurs semaines maintenant que les grandes écoles font l’objet d’un certains nombre d’attaques, que ce soit sous la forme de prises de décisions ou de déclarations publiques.

Défendre la spécificité des grandes écoles
contre l’instauration d’un moule unique universitaire.

Ce fut d’abord le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), composé par l’ensemble des syndicats d’étudiants, de professeur et de représentants des personnels administratifs de l’enseignement supérieur, qui refusa, lors de l’application de la réforme LMD, la création de mastères dans les grandes écoles et les grands établissements avant d’être désavoué par le ministre de l’éducation nationale de l’époque et ce grâce au travail effectué en amont par les élus de l’UNI, le premier mouvement étudiant représenté dans les grandes écoles.

La gauche politique et syndical ne fut pas en reste, reprenant à son compte, ces dernières semaines, la croisades contre les grandes écoles, à travers un certains nombre de déclarations provenant de ses principales figures de proue.
Petit verbatim :

« COMMENT PEUT-ON ACCEPTER QU’ON DEPENSE DEUX FOIS PLUS POUR UN ELEVE DE GRANDE ECOLE QUE POUR UN ETUDIANT DANS UNE UNIVERSITE»
Francois HOLLANDE, premier secrétaire du Parti Socialiste, novembre 2005.

« IL FAUT REEQUILIBRER LES MOYENS FNANCIERS ENGAGES PAR L’ETAT EN FAVEUR DES UNIVERSITES, CAR LA REUSSITE EST EN GRANDE PARTI CONDITIONNEE PAR LES MOYENS »
Yannick VALLEE, Président d la Conférence des Président d’Université (CPU), septembre 2005.

« IL FAUT UNIFIER L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR POUR GARANTIR L’EGALITE DES DROITS ET EVITER LES VOIES DE CONTOURNEMENT ROYALES DE L’UNIVERSITE QUE SONT LES GRANDES ECOLES »
Bruno JUILLARD, Président de l’UNEF (syndicat étudiant de gauche représenté au CNESER), décembre 2005.

Ces récentes attaques empreintes de pure dogmatisme et de démagogie, visant à nuire au prestige et à l’attractivité des grandes écoles doit être l’occasion de rappeler qu’elle ne peuvent plus être les plus grands oubliés de l’Enseignement Supérieur en France, au moment même où la compétition internationale n’a jamais été aussi forte.

Un moyens de faire entendre la voix des étudiants
des écoles de commerce et d’ingénieurs

Au mois de mars prochain auront lieu, partout en France, les élections des représentants étudiants dans les conseils d’administration des CROUS. Du résultat de ses élections dépendra le poids et l’avenir des grandes écoles et des grands établissements au sein de l’enseignement supérieur.
Ce sera une occasion unique de faire entendre la voix de l’ensemble des étudiants des écoles de ces établissements. Alors ne laissez pas passer votre chance !

Malheureusement, en matière de droit de vote, les étudiants des écoles de commerce et d’ingénieur sont loin d’être logés à la même enseigne que les étudiants d’université. En effet, contrairement au facs, la plupart des écoles ne disposent pas, le jour de l’élection, de bureau de vote en leur sein conduisant ainsi à créer un scrutin à deux vitesses.

Avec l’UNI-Grandes Ecoles mettez fin à cette injustice en signant la pétition afin d’otenir l’ouverture systématique de bureaux de vote dans les grandes écoles, grands établissement et classes préparatoires lors des prochaines élections du CROUS.

Faites entendre la voix des étudiants des grandes écoles et grands établissement en signant la pétition en ligne de l’UNI !

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !