Faculté de Dijon : Une occupation de salle critiquée

Par UNI Archives

Le 8 novembre 2007 à 15h43

Image Faculté de Dijon : Une occupation de salle critiquée

Je partage l'article

Depuis lundi, les étudiants du Collectif dijonnais de lutte contre la loi Pécresse, mis en place par l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) et plusieurs syndicats (Sud, CNT, CGT, UEC.), ont décidé d’occuper de façon permanente l’une des salles de cours de la faculté Droit-Lettres afin de protester contre la loi Pécresse et de sensibiliser les étudiants.

Hier, le collectif organisait une réunion d’information puis la projection d’un documentaire sur le CPE qui a rassemblé une quinzaine de personnes.
Une attitude qui n’a pas manqué de faire réagir l’UNI (Droite universitaire), pour qui « un nouveau pas a été franchi ». « Depuis une première assemblée générale organisée début octobre, l’UNEF a multiplié les assemblées générales à l’Université de Bourgogne sur le site de Dijon. Toutes ces assemblées ont été entreprises à grands renforts de publicité mensongère sur toutes les lois actuelles proposées par le gouvernement et n’hésitant pas à gêner la libre circulation des étudiants dans l’enceinte de la faculté. Depuis la semaine dernière, on assiste à un durcissement du mouvement. Les éléments les plus radicaux (.) ont pris le pas sur les éléments les plus modérés. De plus, la section UNEF de Dijon est apparemment en désaccord avec son président national, qui s’est félicité de l’accord trouvé sur la Loi sur la loi Liberté, Responsabilité des Universités (LRU) », indique le mouvement.

L’UNI Dijon condamne ainsi cette occupation qui, selon elle, « va à l’encontre de la liberté d’enseignement » et qui aurait nécessité le déplacement d’une épreuve d’examen blanc. La Droite universitaire tient à rappeler son action en faveur de la loi LRU et tient à disposition un site internet à destination des étudiants, qui peuvent s’informer sur ce texte (www.autonomiedesuniversites.com).

L’UNI rappelle enfin que « les présidents d’Université sont responsables de la sécurité sur leurs campus mais aussi du bon déroulement des cours et de la continuité du service public (.)

L’UNI Dijon restera vigilante contre toute tentative de blocage de tout bâtiment de l’Université ».

Depuis hier, le mouvement a mis en place un soutien logistique et juridique pour aider les étudiants « victimes de ce blocage ». Un kit juridique qui comprend un courrier type adressé aux présidents d’université ainsi qu’un référé conservatoire est proposé en ligne. Une assistance par téléphone est également proposée.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire