Fusion des trois universités (4) : « Nous cimentons la fusion », affirme Valérie PECRESSE…

Par UNI Archives

Le 9 juin 2008 à 18h40

Image Fusion des trois universités (4) : « Nous cimentons la fusion », affirme Valérie PECRESSE…

Je partage l'article

Le choix de la future université unique de Strasbourg pour l' »Opération Campus » a été commenté par Valérie PECRESSE le 29 mai dernier. Le périmètre retenu est plus resserré que celui de la candidature : ne seront aidés que les projets sur le Campus historique et l’Esplanade.

Quatre atouts ont convaincu la commission des « Sages » de compter l’Université de Strasbourg parmi les dix qui seront bénéficiaires de l' »Opération Campus ». Ce sont « le caractère emblématique » du campus central, le projet « pluridisciplinaire », la « réorganisation complète des sites liés à la fusion » des universités et le lien entre le développement de la vie de campus et les collectivités territoriales.

C’est ce qu’a confirmé le ministre hier matin. Pour Valérie PECRESSE, l’Etat « ciment[e] la fusion des trois universités », qui sera effective le 1er janvier 2009.

L’université unique de Strasbourg sera donc aidée par la cagnotte de quelques 3,7 milliards d’euros que l’Etat s’est constitué en vendant 3% d’EDF. Mais le détail et le chiffrage des projets seront pour novembre, après un réexamen détaillé des intentions des universités lauréates, précise-t-on au ministère.

Ce qu’on sait déjà, c’est que le périmètre retenu à Strasbourg est plus resserré que dans le dossier de candidature. Des quatre morceaux de campus de l’agglomération (Illkirch, Schiltigheim-Cronenbourg, Hôpital, Centre historique-Esplanade), « Opération Campus » ne retient que le dernier.

Celui-ci englobe les bâtiments de l’époque allemande (du Palais universitaire jusqu’au Pôle de Gestion) et l’Esplanade d’Après-Guerre (du sud du boulevard de la Victoire jusqu’à la Faculté de droit). Des 23 projets détaillés par le dossier, une douzaine seulement entre dans ce périmètre.

Les plus spectaculaires sont la démolition/reconstruction (ou restructuration profonde) de la Tour de la Chimie, la création d’une Maison de l’Etudiant, le campus « vert », le regroupement des grandes collections et l’installation de la présidence unique.

En revanche, la démolition/reconstruction de la Faculté de médecine, le regroupement de la formation de professeurs de sport (STAPS) ou la création d’un Institut des géosciences, de l’eau et de l’environnement à Illkirch ne sont pas concernés. Si cela se fait, ce sera sans cet argent-là.

Un paradoxe, comme le souligne Florence BENOIT-ROHMER, présidente de l’université Robert-Schuman (droit), c’est que le campus récent d’Illkirch-Graffenstaden reste hors périmètre alors qu’il est peut-être celui qui aurait le plus besoin d’animation de la vie étudiante.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !