I.E.C.S. : une position remise en cause…

Par UNI Archives

Le 17 avril 2005 à 10h17

Image I.E.C.S. : une position remise en cause…

Je partage l'article

Un récent article paru dans L’Expansion remet en cause la notoriété et l’estime attachés à notre Institut de commerce. Explications.


Le journal L’Expansion a publié dernièrement un classement des écoles de commerce françaises, en déterminant un certain nombre de critères de classement, d’efficacité, de notoriété et de compétitivité entre établissements qui peuvent heurter mais qui semblent adoptés par les recruteurs…

Pour nous, ces critères reflètent la cruelle réalité du marché de l’emploi actuel : si l’on obtient le bon diplôme de la bonne école, l’insertion professionnelle n’en est que mieux assurée ! Et il ne sert à rien de proclamer l’égalité des diplômes, l’entreprise se charge de les évaluer avec intransigeance !

Les critères retenus sont donc :

1. La qualité générale de l’enseignement : qualité du recrutement professoral, pertinences des matières enseignées, contenu des cours,

2. liens avec les entreprises et les réseaux internationaux de formation : l’établissement rayonne-t-il à l’international, en tout ou partie ? Quels sont ses domaines d’excellence ? Des échanges d’élèves sont-ils mis en place ?

3. les moyens financiers et matériels mis à disposition du corps enseignant et des élèves, le degré d’équipement et les locaux..

4. Les champs d’études du 3ème Cycle éventuel : pertinence, approfondissement, contribution scientifique et technique reconnue à l’évolution du sujet…

5. L’insertion des étudiants une fois le diplôme en poche : quel pourcentage de jeunes n’ont pas d’emploi après six mois de recherche. Doivent-ils chercher eux-mêmes ou existe-t-il un service d’insertion dans l’établissement ? Des partenariats ont-ils été conclus pour accéder à un premier emploi ?

6. Les Anciens Elèves sont-ils structurés en réseau de relations efficace ?

D’après L’Expansion, l’I.E.C.S. semble ne répondre qu’imparfaitement à ces critères, avec une tendance à la baisse de la notoriété générale et à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Constat sérieux et grave qui doit être pris en compte très vite selon l’hebdomadaire : nos élus universitaires et d’institut y prêteront une attention toute particulière lors des prochains conseils !

Mathieu BOHNERT & Philippe MOREL

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire