Ingrid BETANCOURT libre : remarques sur une bonne nouvelle…

Par UNI Archives

Le 20 juillet 2008 à 18h34

Image Ingrid BETANCOURT libre : remarques sur une bonne nouvelle…

Je partage l'article

Voilà donc Ingrid BETANCOURT libre !

Grâce à l’opération audacieuse et vigoureuse menée par les forces armées régulières de Colombie, dirigées par le président Alvaro URIBE, la sénatrice franco-colombienne est enfin libre.

Après six années de tergiversations et de discussions infructueuses avec les terroristes mafieux des Forces Armées Révolutionnaires Communistes de Colombie (FARC), ce dénouement démontre s’il le fallait la nécessité de résister à la tentation malsaine de toute compromission ou de tractation avec les fanatiques et les criminels.

Cette réussite militaire, obtenue grâce à de nombreuses opérations préparatoires et des coups de filets réussis contre des hauts dirigeants des FARC, couronne de la plus belle des façons la politique du président URIBE, à la fois résolu à ne rien céder sous la contrainte, à ne pas se laisser aller à la violence aveugle et à obtenir la pacification totale d’un pays en guerre civile depuis 1968.

L’essouflement des guérilleros, de moins en moins « révolutionnaires » mais de plus en plus « mafieux », dont la spécialité était d’écouler des quantités industrielles de cocaïne afin de financer une guerre dite « de libération », a contribué sans conteste à cette victoire.

En France, nos « intellectuels » professionnels, et tous les mouvements de la gauche dite « anti-capitaliste », ont salué avec des rictus et des contorsions comiques et pathétiques, l’annonce de cette réussite, acquise par une homme de droite et de conviction. Car le président URIBE était bien souvent décrit comme un « ultra », à la fois libéral (horreur !), chrétien (malheur !) et patriote (réactionnaire, donc !), -voire un peu « fasciste » ?

Alors que les FARC ne pouvaient être que « les glorieux porte-paroles des masses ouvrières et paysannes en lutte » : leur stand annuel à la Fête de l’Humanité ne pourra que vous en convaincre, camarades !

L’attitude pataude, pour le moins, de la France dans cette affaire est à déplorer : nos embrassades forcées avec le socialiste « éclairé » CHAVEZ ont été ridicules, qui lui ont donné un rôle disproportionné et immérité dont le rusé potentat a su jouer chez lui pour affirmer un pouvoir de plus en plus totalitaire. L’appel à la négociation lancé au dirigeant décédé des FARC MARULANDA, depuis l’Elysée, n’a pas été non plus d’un grand secours, ni les propositions d’accueil des possibles exilés repentis des FARC en France ! (Qui feraient certainement les délices et l’animation des soirées bobo aux alentours de la Butte Montmartre !).

Dès sa libération connue, les médias français n’ont pas toujours pu cacher leur déception de constater que la sénatrice libérée se portait mieux que prévue, et que ses premières déclarations (alors qu’elle était supposée être une femme « de gôche »…) furent pour remercier la Sainte Vierge, le Pape et Nicolas SARKOZY. Ce qui eut pour résultat immédiat de l’exclure en un instant du panthéon des icônes de la gauche bien-pensante. Tout çà pour çà ?, se dirent peut-être quelques grognons gauchistes ! (Jack, Bertrand, François, etc. )…

On retiendra les retrouvailles d’une famille enfin reunie, la joie d’une exilée de retour dans sa « douce France »…. Notre pays est donc bien beau, qu’une captive aspire à ce point à y revenir, et pour retrouver ses proches et pour se sentir définitivement libre, éloignée un moment d’une Colombie en voie de pacification…

C’est tout ce que l’on espère pour les Colombiens !

MOREL Philippe

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !