La gauche, otage de l’ultra gauche

Par UNI Archives

Le 19 octobre 2007 à 10h27

UNI

Je partage l'article

A l’époque où l’UNI a été créée, la gauche socialiste avait affaire à un allié des plus encombrants, le parti communiste. En 2007, c’était avec l’ultra gauche de Besancenot qu’elle devait jouer au petit jeu du “Je t’aime moi non plus”. C’est à cette occasion, que nous avions édité cette affiche.

Aujourd’hui, le PS reste encore l’otage de l’ultra gauche qui a réussi au fil des ans à intégrer le parti pour l’influencer de ­l’intérieur. Ainsi, certaines personnalités comme Bertrand Monthubert, ancien porte-parole du mouvement “Sauvons la recherche” a pris une place importante dans la campagne ­d’Arnaud Montebourg. Certains communistes comme ­Robert Hue ou Paul Vergès, ancien président de région à la Réunion ont, également, appelé, très tôt, à voter pour ­François Hollande.

Dès lors, il n’est pas surprenant de retrouver une partie des propositions de l’utra gauche dans le projet socialiste.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Violences politiques : l’UNI demande que le mobile politique soit reconnu comme une circonstance aggravante 

Article lié -

Raphaël Arnault, un militant ultra-violent et fiché S, investi par le Front Populaire aux élections législatives

Article lié -

Communiqué de presse sur les élections législatives