L’Académie française nie être à l’origine de la réforme de l’orthographe, Najat Valaud-Belkacem se moque de nous.

Par UNI Archives

Le 9 février 2016 à 10h23

UNI

Je partage l'article

Hier, l’Académie française a publié un communiqué de presse pour « rappeler qu’elle n’est pas à l’origine de ce qui est désigné sous le nom de « réforme de l’orthographe », contrairement à ce que prétend la ministre.

L’Académie va même jusqu’à préciser : « son attachement au principe selon lequel doivent être exclues toute réforme et même toute simplification de l’orthographe. Ce principe est conforme à sa position constante : hostile à toute réforme visant à modifier autoritairement l’usage, l’Académie n’a jamais été pour autant fermée à des ajustements appelés par les évolutions de la langue, et que les différentes éditions de son Dictionnaire se sont attachées à refléter. »

Si l’Académie se dit prête à accepter certaines « rectifications » orthographiques, elle demande à « ce qu’elles soient soumises à l’épreuve du temps » et se réserve le droit de juger « à terme des graphies que l’usage, législateur suprême, aura retenues et de confirmer ou infirmer les modifications recommandées. »

La ministre se moque des Français

Une nouvelle fois, la ministre de l’Education nationale tente de se sortir d’une polémique en manipulant la vérité (comme après le débat sur la dictée) et en minimisant ses responsabilités pour faire porter le chapeau à d’autres.

En effet, c’est bien son ministère qui, pour la première fois, a fait le choix de rédiger l’ensemble des textes officiels des programmes scolaires en remplaçant « l’orthographe classique » par cette « orthographe réformée », donnant ainsi un signal politique aux éditeurs de manuels scolaires.

boortho.gif

C’est, suite à cela, qu’ils ont décidé de rédiger les nouveaux manuels scolaires en appliquant cette orthographe au rabais. « Chaque manuel ayant adopté la « nouvelle » orthographe sera frappé d’un macaron l’indiquant ».

L’UNI et l’Observatoire des programmes scolaires appellent la ministre à assumer ses responsabilités et à renoncer cette réforme de l’orthographe qui aboutira à appauvrir la langue française.

La pétition lancée par l’UNI et l’Observatoire des programmes scolaires a déjà recueilli plus de 150 000 signatures.

Consulter notre pétition en ligne

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire