L’AERES épingle le président de l’université d’Amiens !

Par UNI Archives

Le 20 décembre 2007 à 17h19

Image L’AERES épingle le président de l’université d’Amiens !

Je partage l'article

L’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES), vient de rendre cette semaine son évaluation concernant 29 universités en France, dont notre très chère UPJV, pilotée par notre tristement célèbre Président.


Hasard du calendrier, cette évaluation tombe à pic, au moment où M. Georges FAURE semble connaître quelques difficultés après ses longues hésitations pendant le mouvement anti-LRU.

Ce rapport de 32 pages permet d’évaluer notre université quant à ses composantes, ses formations, sa recherche, son environnement, les relations internationale,s la vie étudiante et la gouvernance. Il a été établi par des universitaires venus d’autres universités, et j’ai moi-même été entendu, pour l’UNI, par le Vice Président de l’Université de Strasbourg.

Il est bon de constater que l’AERES reconnaît : « la faiblesse relative de la présidence et ses difficultés à dégager une politique d’établissement », et incite l’équipe à porter une politique « plus volontariste ».

L’Agence cible également l’insertion professionnelle des diplômés qui est jugée « peu suivie et le BUIIO est jugé peu crédible dans sa démarche de mesure de l’insertion. » Rappelons en effet qu’aucune statistique sur l’insertion professionnelle n’est établie à l’UPJV, ce qui est contraire à la loi!

Concernant l’organisation interne, « des délégués, ont été désignés par le président, mais sans lettre de mission formelle » : délégué à l’égalité des chances, délégué à l’insertion professionnelle des étudiants,…. Tout comme le secrétaire général, « récemment recruté après une période de vacance de l’emploi assez longue », mais qui reste toujours sans lettre de mission.

Autre cafouillage dans « l’attribution des subventions dans le cadre du FSDIE qui est confiée au bureau de l’université. Il s’agit là d’une entorse sérieuse à la circulaire FSDIE (N°2001-159 du 29-8-2001) qui prévoit notamment la participation des représentants des élus étudiants du CA et du CEVU ; des représentants des associations étudiantes de l’université à la commission chargée de l’attribution de ces subventions. Cette attitude est significative de la politique de l’établissement qui consiste, certes, à développer des projets à destination des étudiants, mais qui en même temps limite leur implication, en particulier au niveau décisionnel. »

Rappelez vous notre article sur les FSDIE provenant directement de l’argent des étudiants au moment de l’inscription, et reversés à l’UNEF ou la FSE ! [http://reveilcampusamiens.blog.fr->http://reveilcampusamiens.blog.fr/2007/11/15/petite_cagnotte_pour_vaches_maigres~3301945
]

Le conseil final de ce rapport d’évaluation est à méditer : « L’université doit profiter de la mise en oeuvre de la récente loi relative aux libertés et responsabilités des universités pour, d’une part, réviser ou confirmer sa stratégie de développement au niveau régional et, d’autre part, régler des problèmes de structure. »

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !