Le juge administratif de Bordeaux ne juge pas utile de débloquer Bordeaux 3

Par UNI Archives

Le 30 novembre 2007 à 21h26

Image Le juge administratif de Bordeaux ne juge pas utile de débloquer Bordeaux 3

Je partage l'article

Les étudiants victimes d’un procédé violent : le blocage

L’UNI-Bordeaux est déçue de voir que le Tribunal Administratif n’a pas pris la mesure de la situation critique dont sont victimes les étudiants de l’Université Michel de Montaigne, victimes d’un procédé violent et illégal : le blocage de leur faculté.

L’UNI Bordeaux dénonce le double discours de l’Université Michel de Montaigne tenu lors de l’audience. En effet, la Présidence de l’Université assure que même après trois semaines de blocage, les cours pourront toujours être rattrapés par les étudiants. Ceci entre en totale contradiction avec les dires des différents Présidents des Universités actuellement bloquées en France (dont celui de Paris 1) qui estiment qu’au bout de trois semaines de blocages, il est très difficile d’envisager un rattrapage des cours annulés pour cause de blocage ! En effet, les étudiants ont aussi besoin de temps pour pouvoir travailler leurs cours et ce n’est pas en leur faisant rattraper des cours sur leur temps libre, utilisé pour réviser, qu’ils vont pouvoir préparer leurs examens sereinement.

Où est l’intérêt de l’univeristé de refuser le concours du juge pour débloquer la situation ?

Le but de ce référé était en outre de donner un coup de pouce à l’Université en lui donnant une base légale et légitime pour faire évacuer les bloqueurs des locaux universitaires.

L’UNI Bordeaux se désole que la Présidence de l’Université n’ait pas compris le message et la finalité de ce référé. La section bordelaise reste ferme et déterminée quant à la nécessité d’expulser les bloqueurs qui logent au sein même des locaux universitaires. Ils doivent donc être considérés comme des squatteurs et il est du devoir du Président de l’Université de rétablir l’ordre public sur son campus avec le concours, si besoin est, des forces de l’ordre.

D’autres recours ?

L’UNI Bordeaux n’exclut pas d’autres actions similaires à celle d’aujourd’hui si la situation venait à durer et menacer encore plus les examens de fin de semestre.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire