Le recteur Ali Saïb rejette notre motion pour le rétablissement des bourses au mérite

Par UNI Archives

Le 17 octobre 2014 à 17h54

Image Le recteur Ali Saïb rejette notre motion pour le rétablissement des bourses au mérite

Je partage l'article

Pendant que le juge des référés du Conseil d’Etat suspendait la circulaire qui supprimait les Bourses au mérite, le CROUS d’Aix-Marseille, sous l’égide du recteur de l’académie, a refusé le vote de notre motion pour des raisons idéologiques.

Une fois de plus l’idéologie contre le mérite, le travail et l’excellence, l’emporte sur le bon sens !

« Le 24 juillet 2014, Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a annoncé la fin de la bourse au mérite. Cette bourse était un complément d’aide pour les étudiants déjà titulaires d’un DSE et bénéficiaires d’une bouses sur critères sociaux. Elle permettait d’obtenir 1 800 € par an sur 10 mois. Elle était attribuée aux bacheliers ayant obtenu une mention « très bien » et aux meilleurs étudiant de Licence 3.

Cette suppression sans concertation est un terrible symbole pour la méritocratie républicaine. 8 000 étudiants bénéficiaient de cette bourse et de nombreux lycéens travaillaient du dans l’espoir de l’avoir. C’est un très mauvais signal pour tous les jeunes qui croient en la valeur du travail.

De plus, la méthode utilisée pour la mise en oeuvre de cette suppression a été perçue comme une insulte à l’égard des étudiants méritants. L’annonce a été faire en pleines vacances, alors que les futurs étudiants s’étaient organisés en conséquence. En moins de deux mois, ces jeunes ont dû revoir tous leurs plans et pour beaucoup se mettre à trouver un travail de toute urgence. Ce genre de méthode montre un mépris total des étudiants.

Le Conseil d’administration du CROUS d’Aix-Marseille s’oppose à ce retour en arrière autant qu’à ce type de méthodes. Ce n’est pas une affaire politique : l’aide au mérite avait été créée par Claude Allègre en 1998 et étendue en 2009 par Valérie Pécresse. L’argument suivant lequel cette suppression sert à financer l’échelon 0 bis est scandaleux car cela signifie aider certains étudiants au détriment d’autres étudiants. Nous rappelons que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le 10ème mois de bourse avait été obtenu en concertation avec les syndicats étudiants, sans contrepartie.

Une large mobilisation se met en place dans le pays. Une pétition a déjà recueilli 15 000 signatures en ligne et a été distribuée à 50 000 exemplaires dans tout le pays. Des collectivités territoriales conscientes de cette injustice ont annoncé qu’elles allaient prendre le relais. C’est le cas du Conseil Général des Alpes-Maritimes, des villes de Vesoul et de Montauban, ainsi que de la ville de Marck-en-Calaisis dans notre région.

Le Conseil d’administration du CROUS d’Aix-Marseille réuni ce 17 octobre 2014 demande le rétablissement de la bourse au mérite et alerte les collectivités locales de cette situation »

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !