« Les bloqueurs se divisent… la majorité silencieuse se mobilise »

Par UNI Archives

Le 23 novembre 2007 à 18h09

Image « Les bloqueurs se divisent… la majorité silencieuse se mobilise »

Je partage l'article

Mercredi 21 dans l’après-midi, une cinquantaine d’enseignants-chercheurs des facultés de lettres et sciences humaines de l’Université de Provence (Aix-Marseille I), refusant la prise en otage de l’Université, s’est rassemblée afin de décider des perspectives d’action pour la réouverture du site Schuman.

Constatant la fermeture des bâtiments universitaires ce matin, ils ont saisi le tribunal administratif de Marseille en référé afin que les libertés d’accès aux bâtiments publics et d’enseigner soient enfin respectées.

Trois « assemblées générales » se sont tenues hier, jeudi 22 novembre :

– La première a eu lieu à la Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines (Aix-Marseille I), à 10h. Il a été décidé de mettre en place un barrage filtrant sur ce site dès le lundi suivant.

– La seconde a eu lieu sur le parking du site « Lettres » Schuman à 12h30. Cette réunion a une nouvelle fois largement désavoué les perspectives d’actions des « anti-loi LRU », à savoir de se rendre sur le site « Marseille-St Charles », ainsi que de mobiliser les élèves du Lycée Cézanne à Aix-en-Provence. Malgré la désapprobation de leur propre organisation, une poignée de militants d’extrême gauche ont décidé de mettre en place des barrages filtrants et ont tenté de bloquer ce matin le Lycée Cézanne.

– La troisième a eu lieu sur le campus de « Marseille-Luminy ». Face à deux cents étudiants majoritairement contre tout blocage, et notamment des étudiants étrangers scandalisés par une minorité les empêchant d’étudier, la réunion n’a pas été menée à son terme et aucun vote n’a eu lieu.

L’UNI constate la désorganisation et la désunion grandissantes des bloqueurs, qui ne reconnaissent même plus le vote de leurs propres organisations, et appelle tous les étudiants d’Aix-Marseille à poursuivre la mobilisation pour la reprise des cours.

L’UNI condamne les recours à la violence des militants d’extrême gauche. En effet, mardi, un membre de l’UNI s’est fait agressé verbalement et physiquement par une vingtaine d’extrémistes à la sortie du site Marseille-Canebière de l’Université Paul Cézanne (Aix-Marseille III).

L’UNI, au nom de l’ensemble de la communauté étudiante et enseignante, appelle une nouvelle fois le Président de l’Université de Provence à réouvrir les bâtiments dans les plus brefs délais.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !