Les élections au CROUS de Lyon dans la presse

Par UNI Archives

Le 13 avril 2004 à 11h41

Image Les élections au CROUS de Lyon dans la presse

Je partage l'article

Le Figaro du lundi 29 mars 2004 :

LES ELECTIONS AU CROUS SOUS INFLUENCE COMMUNAUTAIRE

(…)l’organisation (les Etudiants Musulmans de France) a appuyé les demandes de lieux de prière et de salles pour la rupture de jeûne en période de ramadan.(…)Des salles de prière concédées par le passé s’avèrent difficile à fermer, comme à Bordeaux ou à Anthony.(…)

A LYON, LES LISTES CONFESSIONNELLES TENTENT D’EVEILLER L’INTERET DES ETUDIANTS

(…) »ces listes chrétiennes et musulmanes sont absurdes et dangereuses. C’est du repli communautaire »(un étudiant de Lyon III).(…)L’UNI, qui a choisi de faire de la lutte contre le communautarisme un thème de campagne, est particulièrement remontée contre ces « dérives ». « Ce n’est pas parce que l’EMF nous a « pris » notre siège que nous sommes virulents ! », assure Eric Chassery, président de l’UNI à Lyon. Mais il s’inquiète : « Si les musulmans obtiennent la reconnaissance d’un droit à la différence qu’est ce qui empêchera les juifs et les chrétiens d’en faire autant ? Va t-on assister à des croisades des uns contre les autres ? »(…)
Il y a deux ans, plusieurs candidats Etudiants Chrétiens de France s’étaient présentés sur une liste proche de l’extrême droite, Aile, qui avait recueilli 3,12% des voix. Porte-parole et principal responsable d’ECF(sans être tête de liste), Tanguy de Closmadeuc est aussi un militant actif du Front national jeunesse, »à titre personnel »précise-t-il.(…)

Lyon Figaro du lundi 29 mars 2004 :

LES ETUDIANTS APPELES AUX URNES

(…)le scrutin 2004 est considéré comme « décisif » par le ministère de l’éducation nationale.(…)
« C’est important de bénéficier d’un siège au conseil d’administration car les étudiants élus au CROUS peuvent ensuite voter pour les représentants étudiants du centre national, le CNOUS, où sont concentrés les pouvoirs décisionnels », souligne Eric Chassery, représentant à Lyon de la droite universitaire (UNI). Privée de toute représentation locale depuis les dernières élections, l’UNI s’est donc fixée comme principal objectif, pour ce scrutin 2004, de remporter au moins une place au conseil d’administration, en basant sa campagne électorale sur « l’égalité des chances » et contre « le communautarisme » et la présence à Lyon, en nombre particulièrement important, « des listes à caractère confessionnel. »

Le Progrès du mercredi 31 mars 2004 :

ETUDIANTS MUSULMANS DE FRANCE : SE DISTINGUER POUR S’INTEGRER

(…) »L’EMF a voté une augmentation des loyers à Lyon, et a tendance à privilégier les revendications des étudiants vraiment musulmans »(…)Les tenues très occidentales dans certaines circonstances laisseraient la place à des tenues plus traditionnelles dans d’autres, en fonction du public.(…)

Le Progrès du jeudi 01 avril 2004 :

ETUDIANTS : PARTICIPATION ATTENDUE A LA HAUSSE POUR LES ELECTIONS AU CROUS

(…)A cette politisation, répondent les positions de l’UNI (droite), qui, opposée à tout bouleversement, milite pour un réaménagement du système des bourses et une meilleure imbrication du service public et de l’offre privée pour le logement et la restauration. L’UNI demande la création d’un chèque restaurant étudiant qui permettrait de se restaurer aussi en dehors des « RU ».(…)

Le Progrès du vendredi 02 avril 2004 :

CROUS : LE REVEIL DU VOTE ETUDIANT
L’UNEF PERD UN SIEGE AU PROFIT DE L’UNI

(…)Trois sièges à l’UNEF (gauche), trois sièges pour la liste Inter-Assos-BDE-Fage (indépendante) et un siège pour l’UNI (droite universitaire) : les élections au conseil d’administration du Crous de Lyon Saint-Étienne ont vu hier un léger tassement de l’UNEF et nu progrès de la droite, les Etudiants Musulmans de France perdant le siège qu’ils avaient conquis en 2002.(…)

Le Progrès du samedi 03 avril 2004 :

CROUS : RECUL POUR L’UNEF ET LES ETUDIANTS MUSULMANS

(…)Le score de l’UNEF passe de 43,51% en 2002 à 34,05%. La progression de la participation n’a pas profité au syndicat proche du PS. L’UNEF perd même un siège : elle en avait quatre, elle n’en a plus que trois.
Autres perdants, les Etudiants Musulmans de France.(…)Ils reculent à 8,65% des suffrages.(…)les EMF ont eu du mal à faire passer une double étiquette « musulmane » et « républicaine », les soupçons de communautarisme lancés ces derniers jours ayant sans doute limités leur progression.(…)
Autre gagnante, la droite universitaire : l’UNI progresse de 7,6% à 10,01% et rafle un siège ; en doublant le nombre de ses suffrages : de 504 à 1189.
Les autres listes arrivent loin derrière.(…)

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !