Les syndicats contre le lycée du XXIème siècle

Par UNI Archives

Le 25 novembre 2008 à 19h27

Image Les syndicats contre le lycée du XXIème siècle

Je partage l'article

En 1789, devant la crise qui secoue alors la France, Louis XVI décide de réunir les représentants des forces vives de la nation aux Etats Généraux pour décider conjointement des réformes et des politiques à mener pour sortir la France de l’impasse. Depuis leur ouverture le 5 mai, jusqu’au serment du jeu de paume le 20 juin ils sont le lieu d’âpres débats annonçant les bouleversements qui donnent naissance à la Première République.

Une volonté de concertation

C’est dans cette tradition républicaine que s’est inscrit Xavier Darcos en souhaitant réunir 600 délégués lycéens de toute la France à l’école polytechnique à Palaiseau, comme il l’avait annoncé lors de l’émission d’Arlette Chabot « A Vous de Juger » sur France 2. Il considère en effet que nous sommes à un tournant de l’histoire de l’enseignement. Ils veut réaliser avec cette réforme une mini révolution française qui fera entrer un lycée à bout de souffle dans le XXIème siècle. Siècle qui est plus que jamais celui de l’adaptabilité, des échanges et de la compétitivité. Les Etats Généraux du Lycée se sont donc réunis ce 15 novembre 2008. Malheureusement, l’événement n’a été que très peu médiatisé (seul un reportage sur les chaines hertziennes et quelques lignes dans la presse écrite). Certains diront qu’il a été occulté par la farce socialiste qui s’est jouée à Reims au même moment. Ils sont en fait bien loin du compte.

Le detournement des syndicats

Les syndicats contre la reforme du lycéeEn réalité il n’est sorti rien d’intéressant de cette assemblée pour la simple et bonne raison qu’elle a été sabordée. Ainsi sur les 600 lycéens présents, plus d’une cinquantaine etaient des adhérents de syndicats de la gauche la plus virulente. Véritablement pistonnés par leurs organisations qui ont passé leur temps non pas à réfléchir sur les voies à emprunter pour améliorer le lycée mais à huer et siffler le ministre. Une jeune militante l’interpellant même en lui déclarant « Je demande qu’est-ce que c’est que cette journée de mascarade ? ». Il y avait effectivement une mascarade, une manifestation trompeuse de l’UNL et de la FIDL dont le seul but était d’éviter et de discréditer un dialogue apolitique direct entre le ministre et les lycéens. Un dialogue sur une réforme conrageuse qui n’avait par ailleurs jamais été mis en place jusqu’alors par les prédécesseurs de Xavier Darcos par peur de ces mêmes syndicats. Cette intervention a eu néanmoins un point bénéfique. Xavier Darcos a pu réaliser à quel point certains élèves avaient des difficultés syntaxiques dans la formulation de leurs phrases et ainsi comprendre qu’il doit aller au bout de cette réforme qui enterrera un système agonisant et générateur d’une perpétuelle baisse de niveau et d’un échec scolaire toujours croissant.

UNL - FIDL : Route glissanteCes Etats Généraux ont montré essentiellement une chose, la volonté des syndicats de gauche d’empêcher un dialogue entre le ministre et les lycéens et de politiser systematiquement un débat qui doit etre dénudé de tout dogmatisme. La politisation ne permettant pas une réforme sereine et positive pour les lycéens. L’UNI Lycée est plus que jamais vigilants, expliquer une réforme caricaturée et combattre les idées de syndicats toujours plus belliqueux.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !