L’UNI à Paris II

Par UNI Archives

Le 25 février 2004 à 9h53

Image L’UNI à Paris II

Je partage l'article

Une société de Liberté


L’UNI est un mouvement d’étudiants et d’enseignants qui se situe au carrefour des sensibilités de la droite. Notre vocation est de lutter contre le conservatisme de la gauche et sa vision collectiviste de la société faite de tout-Etat et d ‘idéologie sectaire.
L’expérience prouve que seule une action politique alliée à la défense concrète d’un enseignement de qualité permet de faire avancer les réformes dans le secteur éducatif, c’est pourquoi à la différence de nos adversaires, nous n’avançons pas masqués.

L’identité de l’UNI réside dans un combat positif:
La primauté de la personne, idée qui s’oppose au collectivisme sous toutes ses formes, au profit de la libre entreprise et de l’initiative personnelle,
L’économie de marché, qui seule assure le développement des sociétés modernes et apporte une réponse aux grands défis de la mondialisation,
La défense de la liberté équilibrée par le sens de sa responsabilité,
Le maintien de la cohésion sociale et de l’identité nationale, seules garantes du bon rendement de la démocratie,
Le refus des extrémismes de tous bords, qui vivent les uns des autres et menacent les institutions.
Un enseignement de qualité
L’école et au-delà l’Université française ont reçu pour mission de dégager et former les élites dont la Nation a besoin. Cet idéal de promotion sociale et d’égalité des chances a depuis longtemps été oublié. L’Université est aujourd’hui confrontée à un triple défi : remplir sa mission originelle, gérer l’explosion des effectifs et préparer l’insertion professionnelle des diplômés. Pour toutes ces missions, l’échec est patent.

L’UNI propose quatre chantiers de réforme prioritaires:
La seule sélection qui vaille étant celle qui ne se fonde que sur le mérite, l’État doit préserver le principe d’égalité des chances entre tous les étudiants. Les notions de mérite et d’excellence doivent retrouver leur place au sein de notre Système éducatif,
Redonner aux enseignements fondamentaux des filières universitaires générales leur rôle originel,
Ouvrir l’Université à l’entreprise lorsque nécessaire; la professionnalisation d’un certain nombre d’enseignements est une nécessité absolue,
Diversifier l’offre de formation en mettant en place une filière technologique, allant du secondaire à la recherche et directement tournée vers l’insertion professionnelle.


LE MOUVEMENT ETUDIANT
UN ACTEUR DE L’UNIVERSITE PARIS II
L’uni rassemble des étudiants, des professeurs et des socioprofessionnels et ce dans le but de promouvoir un enseignement supérieur de qualité ouvert sur le monde professionnel.

A paris II l’UNI est représentée dans chacun des conseils centraux et dispose de la vice présidence étudiante.

Forte de ses 6 élus (3 au CA, 2 au CEVU, 1 au CS) elle constitue au sein de l’université une force étudiante incontournable.

UN MOUVEMENT ETUDIANT REPRESENTATIF
auprès du ministère de l’éducation nationale :
2 élus étudiants au CNESER et 1 élu enseignant
1 élu au CNOUS

dans les institutions en charge de la jeunesse :
AFIJ (association pour l’insertion des jeunes diplômés)
CSE (conseil supérieur de l’éducation)
CAJ (commission armée jeunesse)
OVE (observatoire de la vie étudiante)
CNJ (conseil national de la jeunesse)
etc…

UN ENGAGEMENT EUROPEEN

Ainsi l’UNI est membre de l’EDS (European democrat student) organisation regroupant les mouvements étudiants libéraux, conservateurs et chrétiens a travers l’Europe. L’UNI en occupe la vice-présidence depuis 1998 et, a ce titre, est partenaire des institutions de l’Union Européenne dans les débats concernant la jeunesse, l’enseignement supérieur et les programmes d’échanges européens.


UN PROJET UNIVERSITAIRE
DEMOCRATISONS LA REUSSITE: RESTAURONS L’EGALITE DES CHANCES
Après cinq ans de gestion socialiste l’université ne remplit plus ses missions. En effet ces dernières années, le désengagement de l’état du système d’aide sociale étudiante a mis à mal l’idéal républicain d’égalité des chances. Le soutien apportés aux étudiants et à leur famille doit être renforcé par:

La prolongation, jusqu’à 22 ans, du bénéfices des allocations familiales. Nos familles étant les premières garantes de notre réussite universitaire.
le maintient du quotient familial
La création d’un 6ème échelon de bourse a 5000€
L’abolition des contingentements des bourses de mérites
Maintien de l’ALS et incitations fiscales auprès des propriétaires de logements pour qu’ils louent en priorités à des étudiants.
Ouvrir sous l’égide du CROUS, dans chaque établissement un guichet unique de l’aide aux étudiants. Ce guichet étant notre interlocuteur unique dans toutes nos démarches administratives ; il regrouperait les services concernés (gestion de bourses, CAF, EDF-GDF, logement…)
RAPPROCHONS UNIVERSITE ET ENTREPRISES
C’est sans doute le combat « syndical » essentiel. La massification de l’enseignement supérieur, dont la crise de mai 68 n’a été que le révélateur, représente l’enjeu fondamental des choix universitaires futurs. La conception actuelle du rôle de l’université n’a en effet jamais véritablement été remis en cause depuis près d’un demi siècle. Elle correspond a des critères basés sur une réalité étudiante actuellement dépassée. A l’époque, en effet, le faible nombre de bachelier permettait d’établir une répartition cohérente entre étudiants en université et étudiants en grandes écoles. Les premiers se destinant a l’enseignement ou la recherche ou encore des professions très spécialisées en rapports avec leurs études(avocat, magistrats……),les seconds ayants vocation a intégrer le monde de l’entreprise a l’issue de leur formation.

Or le nombre de bacheliers a explosé mais le nombre de place disponibles en « grandes écoles » n’a pas suivi le même mouvement. L’Université a donc accueilli cet afflux de nouveaux étudiants, sans pour autant changer ses orientations pédagogiques. Malgré la mise en place de structures universitaires « professionalisantes » (BTS,IUT,IUP, »licences pro »…….) le problème reste a l’heure actuelle entier. Le tout étant conjugué a une attitude doctrinaire de la part des syndicats de gauche. et d’extrême gauche.

N’en déplaise a ces individus, le sauvetage et la refondation du système universitaire français est fonction des relations avenir entre les Entreprise et l’Université. Le constat est simple; le secteur privé étant, de loin, le premier employeur de France

Il est évidant que l’obstacle majeur rencontré par les étudiants diplômés sur le marché du travail est leur manque d’expérience. L’insertion professionnelle doit être la constante en fonction de laquelle doit se décliner toute politique universitaire. il est urgent de permettre à chaque étudiant de découvrir le monde professionnel au cours de ses études. A ces fins l’UNI propose:

De développer les stages en entreprises
D’associer les entreprises au financement de tout les diplômes
D’élaborer un contrat de réussite étudiante.
De généraliser les modules d’insertions professionnelle
De favoriser la mobilité étudiante dans les universités européennes en instaurant des bourses d’études par semestre.
Il ne s’agit dès lors pas de gesticulations politiques mais d’une nécessité vitale pour l’Université. La question n’est pas de savoir si il faut défendre des droits étudiants si le premier de ces droits est bafoué à savoir le droit a l’emploi. On saisit donc l’urgence de la mise en place d’une politique courageuse en la matière.


UN ENGAGEMENT POLITIQUE
Toute action universitaire serait vaine sans relations avec les institutions politiques ou se prennent les décisions. Ces liens l’UNI a su les tisser efficacement afin de faire entendre la voix des étudiants et favoriser une politique éducative au service de la nation.

L’action efficace des comités  » les étudiants avec CHIRAC », créés par l’UNI, a permis de mettre fin a 5 années de gestion désastreuse des ecolo-socialo-communistes. En soutenant les candidats de la droite républicaine, l’UNI a été un acteur central d’un changement politique attendu par la jeunesse.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !

Article lié -

Hommage à Jacques Rougeot, créateur de l’UNI et combattant politique visionnaire