L’UNI condamne la prise en otage des étudiants de l’université du Havre

Par UNI Archives

Le 22 mai 2003 à 20h52

Image L’UNI condamne la prise en otage des étudiants de l’université du Havre

Je partage l'article

L’UNI – Le Havre (La droite universitaire) réagit avec la plus grande fermeté aux propos tenus et à la position prise par le conseil d’administration de l’université du Havre en date du 13 mai 2003.

Le souhait exprimé par le conseil d’administration de voir l’avant-projet de loi sur l’autonomie des universités abandonné par le gouvernement sous peine de ne pas faire passer les examens de fin d’année aux étudiants témoigne d’une attitude irresponsable et scandaleuse pour satisfaire des intérêts catégoriels. Décider ainsi de prendre en otage l’avenir des étudiants reflète le mépris affiché par les syndicats d’enseignants qui n’ont pour seul intérêt que de servir les leurs.

Il faut malheureusement souligner le soutien apporté par tous les élus étudiants (SUD-Etudiant, UNEF et Flèche) à la motion présentée par le SNESUP et relayée par l’équipe dirigeante de l’Université. L’UNI qui condamne cette motion en tous ses termes a voté contre et constitue le seul syndicat à ne pas être tombé dans le piège du corporatisme. Les professionnels de l’agitation trouvent à travers cet avant projet de loi une occasion inespérée de continuer la grève entamée il y a une semaine et motivée par la réforme des retraites au moment même où l’on semble parvenir à un accord sur ce sujet.

Le blocage organisé de l’université depuis maintenant une semaine vient à contre-courant d’une conception du service public fondée sur le respect de l’intérêt général. Il serait illusoire de croire que ce chantage de grande envergure aurait pour seul but de rendre service aux étudiants qui à deux semaines des examens ne demandent qu’à pouvoir les préparer dans les meilleures conditions (grève de nombreux services administratifs : secrétariats de filières, bibliothèque universitaire, reprographie, occupation d’amphithéâtres,…).

Les syndicats et élus affichent ainsi un égoïsme sans précédent en décidant ni plus ni moins de brader l’avenir des étudiants. Il convient de souligner que l’avant-projet de loi sur l’autonomie des universités n’est que pour l’instant la première mouture d’une loi qui a pour ambition de proposer une plus grande cohérence dans la gestion des universités avec en ligne de mire une meilleure efficacité du système français de l’enseignement supérieur.

L’UNI souhaite que le gouvernement fasse preuve d’une grande fermeté face à ce type d’agissements trop fréquents pour être justifiés et dont la conséquence directe n’est autre que de faire primer les intérêts catégoriels de certains au détriment de celui des étudiants.

Le Havre, le 18 mai 2003

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !