L’UNI demande un report de l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers hors UE

Par UNI Archives

Le 11 mars 2019 à 17h21

UNI

Je partage l'article

Aujourd’hui l’UNI était présente en CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) pour s’exprimer sur la question des frais d’inscription pour les étudiants hors Union Européenne.

Si les écoles d’ingénieur, notamment, ne sont pas opposées à la hausse des frais d’inscription pour les étudiants hors UE, la majorité des organisations (de gauche) y voit une opposition de principe absolue et dogmatique.

L’UNI partage pleinement l’aspect pragmatique de la réforme, cherchant à valoriser l’ESR français auprès des publics étrangers, et la valorisation de leur accueil, ce qui implique de meilleures conditions d’études pour tous les étudiants.
De plus, cette réforme nuance les situations : les étudiants de 1er et 2ème cycle font partie du champ d’application de la réforme, mais les doctorants sont pleinement exonérés et c’est un point sur lequel nous sommes satisfaits de cette réforme.
En outre, des exonérations sont prévues pour les publics qui auront été identifiés par le ministère de l’enseignement supérieur.
Enfin, c’est non sur la nationalité des publics visés mais bien sur l’assujettissement à l’impôt qu’est appuyé le critère de distinction de cette réforme.

Cependant, la mise en place de cette augmentation ce fait dans une opacité totale et soulève de nombreuses problématiques. En effet, quels étudiants pourront bénéficier d’une exonération ? Quels critères seront mis en œuvre ? Comment cette réforme peut se mettre en place dès la rentrée 2019 ? Un véritable service d’accueil sera-t-il créé ?

Attendre un effort financier de la part d’étudiants implique en face que nous fassions l’effort de les accueillir dans des infrastructures avec des services dédiées à la hauteur. Or en quelques mois cet objectif ne peut être matériellement atteint.

Une fois de plus, l’urgence et l’amateurisme empêchent un dialogue constructif sur ces questions centrales qui nécessiteraient pourtant plus d’une matinée pour être tranchées.

Le CNESER s’est exprimé par 64 voix contre cette réforme.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !